Agglo toulousaine : le Département débloque le développement des transports publics

Vendredi 24 juin, le président du Conseil départemental Georges Méric, en présence de la vice-présidente en charge des transports, Line Malric, et de Sébastien Vincini, rapporteur du budget, a réuni les présidents des collectivités siégeant à Tisseo-Smtc aux côtés de Toulouse Métropole : Jacques Oberti, président du Sicoval, André Mandement, président du Muretain Agglo, et Louis Escoula, président du SITPRT.

En tant que chef de file du développement équilibré du territoire, le président du Conseil départemental a insisté sur l'urgence de débloquer et d'accélérer le développement du réseau des transports publics de l'agglomération toulousaine, afin de répondre à la forte dynamique démographique et aux besoins croissants de mobilité.

La révision du plan de déplacements urbains devra répondre aux objectifs suivants :

  • programmer une offre de mobilité à la hauteur des besoins, qui soitune réponse crédible aux 500 000 nouveaux déplacements par jour prévus dans 10 ans.
  • porter un développement équilibré des transports publics, en permettant une desserte efficace de tous les territoires, au-delà du centre de l'agglomération, en cohérence avec l'étendue du périmètre des transports urbains.
  • desservir les zones économiques et d'emplois afin d'améliorer le transport logement-emploi aujourd'hui défectueux.
  • garantir une réalisation la plus rapide possible de chacun des projets du PDU, en raison de l'ampleur des enjeux et de l'urgence à agir.

Bien que non membre du SMTC-Tisséo, le Conseil départemental a annoncé sa volonté de débloquer le dossier des transports urbains de l'agglomération toulousaine et demande que des mesures soient prises afin de fonder un projet équilibré :

  • La préservation et le renforcement du niveau de desserte du réseau bus actuel et le développement du réseau Linéo afin d'irriguer tous les territoires de l'agglomération.
  • Le développement du métro, au-delà des travaux de la ligne A, doit être traité en un seul dossier composé de la troisième ligne reliant la gare de Colomiers à Labège-La Cadène et du prolongement de la ligne B réduit à deux stations assurant l'interconnexion à l'INPT sans rupture de charge.
  • La confirmation du rôle de la régie Tisséo dans la gestion publique et l'exploitation du réseau de transports urbains de l'agglomération.
  • Des garanties quant à la mise en œuvre d'une politique tarifaire des transports accessible et sociale.
  • La définition d'un calendrier réaliste de mise en service de l'ensemble des projets et notamment du projet de troisième ligne de métro.
  • Une réalisation publique des travaux, confortant les équipes de SMTC-Tisséo et de la SMAT dans leurs missions historiques.

Dès lors que l'autorité organisatrice des transports urbains sera en mesure d'apporter des engagements satisfaisants et précis sur l'ensemble de ces éléments, les conditions d'un projet équilibré, partagé et stabilisé dans le temps, seront réunies pour assurer la réussite du nouveau PDU. 

Le Conseil départemental serait alors prêt à s'engager financièrement à hauteur de 201 M€ pour permettre d'assurer la faisabilité de projets structurants et efficaces au service de tous les territoires du périmètre des transports urbains, selon la répartition suivante :

  • 25%, soit 102 M€ pour la 3ème ligne de métro, sur les tronçons Colomiers-gare – Airbus Saint-Martin et Labège-La Cadène – Airbus D&S
  • 25%, soit 24 M€ pour le programme Linéo afin de garantir un maillage performant et équilibré de l'ensemble du territoire, notamment de Fenouillet à Portet-sur-Garonne, et de Plaisance-du-Touch à l'Union. 
  • 65 M€ pour le prolongement en métro de la ligne B de Ramonville-Saint-Agne à l'INPT en voie unique sur un modèle de type Orly val. Avec les 35 M€ de l'Etat, les 25M€ de la Région et les 15 M€ du SICOVAL, l'option en monorail estimée à 180 M€ ne demanderait pas au SMTC-Tisséo un financement supplémentaire aux 40 M€ prévus pour un téléphérique.  
  • 10 M€ afin d'engager la réalisation de projets structurants permettant de desservir de manière plus performante les territoires du Muretain et du SITPRT.

3ème ligne de métro : consulter le site du débat public

Cet effort budgétaire ferait du Département le premier financeur du nouveau PDU, hors SMTC-Tisséo.

"Dans un contexte institutionnel et budgétaire contraint et alors qu'aucun autre département de France ne finance plus les transports urbains, cet engagement est un choix politique, au-delà des positions partisanes, qui doit permettre à l'agglomération toulousaine de continuer à se développer, au service de la qualité de vie de tous ses habitants" a précisé Georges Méric.
"Depuis plus de 30 ans, Toulouse et son agglomération ont pris du retard en matière de transports publics du fait de désaccords politiques – parfois partisans - et de projets non achevés. La remise en cause périodique des différents PDU a coûté un temps précieux, et la mobilité est devenue le problème central des habitants de l'agglomération."
"Nous sommes collectivement responsables d'assurer l'avenir de l'agglomération toulousaine en matière de déplacements, sur le long terme et au-delà des échéances et contingences politiques. Ce choix politique est la garantie d'un développement équilibré et partagé des territoires, à la hauteur des enjeux de l'agglomération" a-t-il conclu.