Entretien des bords de routes

Le réseau routier départemental ne se limite pas au bitume ! Les bords de routes sont constitués de zones aux profils très différents.Ces zones englobent les accotements, les fossés, les terre-pleins et les îlots, mais aussi les talus, les alignements d’arbres, les aires de repos, les délaissés, les petits cours d’eau ….

Toutes ces espaces sont constamment entretenues pour la sécurité des usagers et la préservation de l’environnement. 

L’entretien régulier, qui passe essentiellement par le fauchage, permet d'assurer la sécurité des usagers : maintenir la visibilité, dégager la signalisation, permettre l'arrêt des véhicules et la circulation des piétons…Il permet aussi d'offrir une image agréable de la route.

Soucieux de concilier l'entretien des bords de routes et le respect de l'environnement, le Conseil Départemental a mis en place une politique respectueuse de l'environnement.

Les bords de route sont porteurs d’un milieu naturel souvent riche et mal connu, qu’il faut entretenir et préserver.

Toutes ces zones sont des réserves de biodiversité qui méritent d’être protégées. C’est pour cette raison que le Conseil Départemental mène une politique engagée pour un entretien raisonné de ces espaces.

 

Zéro phyto

Moins de 60 litres de pesticides pour traiter 6700 kilomètres de routes départementales !

Le Conseil Départemental a mis en œuvre l'objectif « Zéro Phyto » pour l'entretien des bords des routes départementales.
À ce jour, seuls 60 litres de pesticides servent pour les désherbages les plus difficiles, notamment pour la dévitalisation de souches qui pourraient provoquer des dégâts aux infrastructures.
En complément, des solutions mécaniques dites « alternatives » sont également testées en complément (brossage mécanique notamment).

Le fauchage raisonné est une méthode qui prend en compte la croissance des plantes et la vie des animaux en ajustant les interventions et la hauteur de coupe du fauchage.
Cette méthode présente le double avantage de ralentir la croissance de la végétation et de permettre à la biodiversité de s'exprimer.


Dans notre département, le fauchage a été modifié au niveau des accotements :

  • L’herbe est coupée plus haute. La coupe a été fixée à 15 cm, au lieu des coupes rases effectuées auparavant. Cela permet aux espèces de se renouveler et de conserver une couverture végétale qui limite l’érosion des  sols.
  • Le nombre d’interventions a été diminué. La coupe de mi-avril a été supprimée car elle stimulait la croissance de l’herbe.
  • Les accotements sont donc fauchés trois fois par an, mi-mai, mi-juin et à partir de la mi-octobre. Les talus ne sont plus débroussaillés que tous les 2 ou 3 ans.

Plus ponctuellement, le Conseil Départemental intervient en dehors des périodes de fauchage habituelles afin de limiter voire éliminer la prolifération de certaines espèces indésirables avant leur montée en graines comme la renouée du japon, les chardons, le sorgho d’Alep, le paspalum…

Appel citoyen : n'hésitez pas à signaler à votre secteur routier si vous constatez des regroupements d'espèces envahissantes que les agents de terrain n'auraient pas repérés.

Télécharger le guide sur le fauchage raisonné (en PDF 5,9 Ko)

Préservation des espèces protégées

Saviez-vous que les bords de route de la Haute-Garonne renferment des espèces végétales rares ? Le Conseil Départemental en partenariat avec le Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées, a identifié 71 sites pour l’intérêt de leur flore. 11 espèces de plantes sauvages menacées de disparition sont répertoriées parmi lesquelles la rose de France, l‘œillet superbe, la tulipe sauvage, le lys des Pyrénées…

Pour permettre, chaque année, à ces espèces de refleurir, monter en graines et se pérenniser, l'entretien de ces sites a été adapté :

  • le fauchage de mi-mai a été supprimé
  • les sites ne sont fauchés que deux fois par an.
  • la hauteur de coupe est nettement plus haute qu’auparavant

70 000 arbres d'alignements

Qui ne pense pas aux routes de Haute-Garonne lorsqu'il voit un alignement de platanes en fond de paysage !
Ces arbres d'alignement sont indissociables des routes départementales et en sont la signature paysagère et environnementale.
Près de 70 000 arbres  sont ainsi alignés en Haute-Garonne, majoritairement des platanes.

 

 

Compte-tenu de l’importance du patrimoine arboré en bordure de routes départementales et de la volonté de le préserver, le Conseil départemental de la Haute-Garonne s’est engagé dans une démarche de surveillance des arbres d’alignement, qui vise à garantir la sécurité des usagers de la route ainsi que des riverains.

Il s’agit d’une démarche engagée depuis une vingtaine d’années qui a pour objectif de détecter les arbres présentant des défauts sanitaires ou mécaniques susceptibles de générer une rupture partielle ou totale des branches, voire de l’arbre. L’organisation de cette veille sanitaire repose sur un réseau de surveillance à 3 niveaux. 

L’élagage raisonné des arbres d’alignement est programmé en fonction des besoins et du contexte, par les services de la voirie départementale.

Il s'agit d'une pratique écodurable  qui concerne principalement des platanes. Un guide pratique est à télécharger.

Pour mieux les préserver, les agents de la voirie départementale ont été formés à l’élagage raisonné. Pour aller plus loin et diffuser ces bonnes pratiques, le Département a élaboré un guide de taille des platanes à destination de toutes les personnes et structures qui ont la charge de l’entretien de ces arbres.

Télécharger le guide d’entretien des arbres d’alignement (en PDF 1,3 Mo)

Prévenir le chancre coloré du platane

Le platane, essence emblématique de nos routes de campagne, est particulièrement surveillée en raison de sa sensibilité à la maladie du chancre coloré du platane. 

Le chancre coloré est un champignon qui attaque l'arbre par une blessure sur les racines, le tronc ou les branches. Il progresse dans le bois à raison d'un ou deux mètres par an et tue le platane en moins de 5 ans ! Aucun traitement n’existe pour ce champignon mortel.
Le seul moyen pour éviter sa propagation est l’abattage de l'arbre infecté.
Chaque platane contaminé doit systématiquement être abattu et brûlé sur place ainsi que ceux se trouvant dans un rayon de 50 m. Cette procédure est décidée par arrêté préfectoral et mise en œuvre par le Conseil Départemental.

En complément de ces mesures de lutte, le Conseil Départemental diversifie les arbres en bords de routes en introduisant notamment le micocoulier, le frêne, le chêne...
Pour chaque arbre abattu, au moins un arbre est replanté.

Télécharger le guide sur la lutte contre le chancre coloré (en PDF 2,6 Ko)