Mixité sociale dans les collèges : première réunion publiqueDialogue citoyen

La démarche de dialogue citoyen visant à améliorer la mixité sociale dans les collèges a été lancée lors d'une première réunion publique le 8 septembre. Deux autres rencontres destinées à en partager d'abord le diagnostic et les enjeux sont prévues la semaine prochaine .

Une centaine de personnes a répondu présent, le jeudi 8 septembre, dans la salle Léon-Jouhaux du quartier de Toulouse-Jolimont, pour une première réunion publique sur le diagnostic et les enjeux de la mixité sociale dans les collèges de Haute-Garonne. 

Deux autres réunions publiques sont d’ores et déjà programmées pour échanger sur ce thème, lundi 12 septembre à 18:30, salle Castelbou, 2 rue Léonce-Castelbou à Toulouse, et mercredi 14 septembre à 18:30, salle Barcelone, 22 allée de Barcelone à Toulouse (en savoir plus).

Après le discours introductif de Georges Méric, Président du Conseil départemental, la première partie de cette rencontre a été consacrée à la présentation de la situation de l'état de mixité sociale dans les collèges au niveau national et en Haute-Garonne, en se fondant sur l’étude du Cnesco. Le principe retenu pour développer la mixité sociale, l’association en binôme d’établissements aux profils opposés, a également été présenté.

Participants actifs

Deux heures durant, parents d’élèves, élus départementaux, municipaux, métropolitains, personnels de l’Education nationale, chefs d’établissements des collèges publics et privés ou habitants du quartiers… ont suivi avec attention cette présentation sans manquer de participer ensuite activement à la discussion. Au chapitre des questions récurrentes, la situation des collèges publics toulousains confrontés à la fuite dans les établissements privés des familles favorisées a occupé le premier plan. 

Partenariat

Le directeur académique des services de l’Education nationale en Haute-Garonne, Jacques Caillaut, a pour sa part rappelé les enjeux de cette première étape, et la nécessité sur un sujet aussi complexe de favoriser pragmatisme et recherche d’une méthode innovante adaptée à la situation toulousaine, tout en s’inspirant d’expériences réussies ailleurs, dans d’autres pays.

Marie-Claude Leclerc, vice-présidente du Conseil départemental en charge de l’éducation, a précisé en clôture que la réussite de ce projet ambitieux s’appuie avant tout, sur la volonté d’agir de tous les acteurs, et que la liberté des familles restera entière.  

En savoir +