Violences faites aux femmes : le Département mobilisé

Jeudi 22 octobre, les élus du Conseil départemental de la Haute-Garonne, réunis en commission permanente, ont approuvé la convention relative au dispositif de Téléprotection Grave Danger (TGD), visant à protéger les femmes victimes de violences au sein du couple.

 L'augmentation des poursuites pénales et des condamnations pour violences au sein du couple, ainsi que l'accroissement du nombre de personnes décédées chaque année du fait des violences de leur conjoint ou ex-conjoint, montrent la nécessité de protéger ces victimes particulièrement vulnérables.

L'expérimentation menée depuis 2009 dans 4 départements français a démontré la pertinence et l'efficacité du dispositif Téléprotection Grave Danger, qui a été inscrit dans le plan interministériel 2014-2016 de prévention et de lutte contre les violences faites aux femmes.

Une assistance 24h sur 24

Cette téléprotection prévoit la mise à disposition d'un téléphone portable géolocalisé muni d'une touche préprogrammée permettant au bénéficiaire de joindre, en cas de danger, une plateforme téléphonique d'assistance accessible 7 jours sur 7 et 24h sur 24, qui peut activer l'intervention immédiate des forces de l'ordre.

Ce dispositif assure également un accompagnement par le SAVIM (Service d'Aide aux Victimes, d'Information et de Médiation) et une prise en charge globale par l'ensemble des acteurs locaux.

Convention signée le 25 novembre 2015

Une convention partenariale sera signée le 25 novembre, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, avec le Préfet de la Haute-Garonne, le Procureur de la République, le Président du Tribunal de Grande Instance de Toulouse et les partenaires institutionnels, associatifs et privés du dispositif.

« La violence contre les femmes est une violation des droits de l'Homme. Ce dispositif vient renforcer les actions menées par le Conseil départemental pour protéger les femmes victimes de violences conjugales. L'ensemble des services spécialisés du Département sont mobilisés à travers les Maisons des Solidarités, afin de faciliter l'identification des victimes en grand danger et de favoriser leur protection » a déclaré Georges Méric.