COP21 : des arbres pour la forêt de Buzet

Élus, jeunes du Conseil départemental des collégiens (CDC) et agents ont mené en commun, le 25 novembre, une opération de replantation d’arbres en forêt de Buzet. Cette initiative du CDC est labellisée COP21. 

La pluie et et le brouillard n’auront pas dissuadé les volontaires de cette journée pour replanter des arbres dans la forêt de Buzet, un massif forestier propriété du Conseil départemental et géré par ses agents.

Près d’une cinquantaine d’arbres (érables, frênes, fusains, lauriers, merisiers…) a ainsi été plantée à l’initiative des jeunes du Conseil départemental des collégiens. Ils étaient une vingtaine le 25 novembre à participer à cette opération, encadrés par les agents du Département. Quatre conseillers départementaux ont pris part à la manifestation : Didier Cujives, Pacal Boureau, Jean-Michel Fabre et Julien Klotz.

Cette initiative a reçu le label Cop 21 par le Ministère de l’Environnement, au même titre que le colloque organisé le 4 novembre dernier par le Conseil départemental, Les territoires haut-garonnais en action face au réchauffement climatique, où les jeunes élus du CDC étaient également invités. 

Protéger la chauve-souris

Au delà du symbole, l’initiative est aussi une opération concrète de stockage de carbone pour compenser les émissions de gaz à effet de serre, réalisée par des jeunes collégiens de 12 à 14 ans, une génération qui sera à court terme, particulièrement concernée par le réchauffement climatique.

Ces 75 mètres d’arbustes et de haies ont été plantés dans une clairière en bordure de la forêt de Buzet, fortement dégradée ces dernières années par des dépôts de déchets et l’embroussaillement.

Les arbres absorbent le carbone, principalement durant leur phase de croissance. Ces 75 m de haie correspondent ainsi à 9 tonnes d’équivalent CO2. La haie influe aussi à son échelle sur le climat, en jouant un rôle de régulateur microclimatique, en été comme en hiver.

L’objectif de cette opération est également de favoriser la circulation d'espèces, notamment de préserver l’habitat de la chauve-souris Rhinilophe, une espèce commune protégée nationalement.