Se protéger contre le moustique tigre

Les fortes chaleurs sont favorables au moustique tigre, responsable de la transmission de certaines maladies (dengue, chikungunya ou zika). Depuis 2013, le Conseil départemental a mis en place, via le Laboratoire Départemental 31 (LD31EVA), un réseau de surveillance de sa progression. Quelques mesures de prévention. 

Communiqué de presse

Le moustique-tigre Aedes albopictus est présent en Haute-Garonne depuis 2013. Ce moustique, d'une espèce particulièrement agressive et nuisante peut, dans certaines conditions, transmettre des maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika. Bien que ces maladies ne soient pas endémiques en Métropole, un plan national anti-dissémination est en œuvre pour limiter les risques d'importation et d'implantation.

Depuis 2013, le Conseil départemental a mis en place, via le Laboratoire Départemental 31 - Eau - Vétérinaire - Air (LD31EVA), un réseau de surveillance de la progression de cette espèce : 58 pièges pondoirs répartis sur 27 communes de la Haute Garonne permettent ainsi d'évaluer chaque mois la migration et la prolifération du moustique. Fin 2015, on comptait 21 communes colonisées, toutes en périphérie de Toulouse.

Sur signalement de l'ARS, le Laboratoire Départemental 31 mène également des enquêtes entomologiques pour identifier la présence du moustique tigre dans l'environnement de personnes ayant contracté les virus de la dengue, du chikungunya ou du zika au retour de séjour en zones infectées, et ainsi éviter la transmission locale de ces maladies. En 2015, 26 enquêtes ont ainsi été menées. Trois cas de moustique détecté ont nécessité des traitements par pulvérisation d'insecticide, via l'Entente Interdépartementale de Démoustification Méditerranée (EID Méditerranée). Depuis mai 2016, une trentaine de d'enquêtes ont été menées qui se sont avérées infructueuses.

La prolifération du moustique tigre peut s'accroître dès l'arrivée des beaux jours, en général à partir de Mai.

Le moustique tigre aime les villes et vit au plus près de l'homme, sur les balcons, dans les jardins. Il pond ses œufs dans de petites réserves d'eau.

 

Des mesures simples de vigilance au quotidien permettent de lutter contre sa prolifération :

  • supprimer les petites réserves d'eaux stagnantes dans tout réceptacle (seaux, soucoupes sous les pots de fleurs, vases...);
  • équiper les récupérateurs d'eau d'une moustiquaire;
  • introduire des poissons rouges, friands des larves des moustiques, dans les bassins d'agréments;
  • curer et entretenir les gouttières et rigoles d'évacuation.

(Crédit photos : moustique-tigre.info)