Catalogue du parcours laïque et citoyen 2016-2017

Le Parcours laïque et citoyen se déploie dans tous les collèges haut-garonnais pour les élèves de 4ème et de 3ème. Près de 30 000 jeunes sont concernés par ce nouveau dispositif que le Conseil départemental met en œuvre dans une logique de coéducation avec l’Éducation nationale et en s’appuyant sur le maillage du réseau associatif. 

Le programme de toutes les actions proposées au sein de chaque collège est disponible dans ce catalogue d’actions. Les chefs d’établissement sont invités à choisir librement une ou plusieurs actions par un formulaire d’inscription accessible sur le portail ecollege31 du Conseil départemental.

« La laïcité se fonde à l’union de la liberté, de l’égalité et de la fraternité »

Le Conseil départemental de la Haute-Garonne affirme son engagement pour la promotion des principes, valeurs et vertus républicaines.

Oui, la République, une et indivisible bien que diverse, est à la fois démocratique, laïque et sociale, Jean Jaurès ajoutait avec raison : « universaliste ». (…)

La laïcité n’est pas en danger quand on en parle, quand on la défend, quand on la promeut, elle est attaquée par les oukases des communautaristes de tous poils et par le silence des hommes qui la pensent acquise.

En 2016, nous irons plus loin en organisant dès la rentrée scolaire prochaine un parcours laïque et citoyen pour les collégiens de Haute-Garonne afin de faire mieux comprendre la République aux jeunes générations.
En 2016, nous irons plus loin en développant des conférences dans les quartiers de Toulouse présentant des penseurs qui ont ouvert des chemins de concorde comme Averroès.
En 2016, nous irons plus loin en poursuivant notre aide au mouvement associatif laïque dans le département. (…)

Oui, la Laïcité est une singularité française.
Elle est un bouclier contre les outrances des hommes de certitude qui ne désirent que soumettre, conformer ou éradiquer. (…)

La laïcité associe à la fois : un état d’esprit, une éthique de vie, un principe d’organisation du « vivre ensemble ».

La laïcité est d’abord un état d’esprit fondé sur la capacité des hommes à « penser par eux-mêmes » et à s’émanciper par l’accès à la connaissance.

La propension à penser par soi-même, fondée sur la raison, véritable sésame vers la liberté, est ouverte à tous les possibles, dans une approche multiple, hors des carcans et des geôles de l’esprit.
L’être humain dégage sa pensée du dogmatisme, de l’obligation à la soumission à une quelconque autorité ou vérité dite définitive, voire révélée.
« Penser par soi-même » n’est pas un acquis spontané, mais le résultat d’efforts éducatifs afin de créer cet esprit de liberté, d’émancipation, fondé sur le dépassement et l’accomplissement.
L’effort éducatif est le premier engagement pour affirmer et faire vivre la laïcité. Ainsi l’école de la République est la priorité des priorités pour le groupe majoritaire du Conseil Départemental.

La laïcité est aussi une éthique de vie, une éthique de vie fondant les relations humaines sur le respect mutuel, la compréhension réciproque, l’échange, le partage.

L’éthique laïque se fonde sur l’ouverture à l’autre dans l’égalité, la tolérance et l’universalité.
A l’heure où les forces politiques extrémistes se servent de la laïcité comme d’une arme afin d’exacerber le nationalisme, rejeter autrui et le stigmatiser, je veux rappeler que l’éthique laïque ouvre une porte vers l’autre, ce frère humain, à la fois alter ego et altérité, à la fois unique et universel, à la fois différent et semblable, dans une volonté d’enrichissement, d’accomplissement, d’éveil réciproques.
Ainsi, « Si tu diffères de moi, mon frère, loin de me léser, tu m’enrichis. » a écrit Saint-Exupéry.

La laïcité reconnaît la singularité individuelle et non les différences communautaires. Elle organise la coexistence des singularités fondée sur la responsabilité et la compréhension mutuelle.

Enfin, la laïcité permet l’organisation du « vivre ensemble » fondée sur la fraternité en individualisant deux espaces : l’espace privé et l’espace public.

L’espace privé, personnel, intime est l’espace de la liberté absolue de conscience, espace des convictions, des fois, voire des certitudes, véritable jardin du soi qui ne peut déborder de façon outrancière dans l’espace public, collectif, social.

L’engagement laïque bannit tout prosélytisme afin d’assurer la pacification de l’espace public, citoyen.
Paraître et s’exprimer sans agresser, ni blesser l’autre, permettant ainsi l’échange, la compréhension réciproque et la concorde.
C’est un pari de l’intelligence.

Le consensus des attitudes responsables s’établit dans un équilibre subtil quand l’expression de son autonomie individuelle, de sa singularité, n’agresse pas autrui et permet le partage.

Ainsi la laïcité se fonde à l’union de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

La laïcité, comme le pensait Jean Jaurès, n’est ni une arme anti-religieuse ni un principe de neutralité précautionneuse, elle va bien au-delà dans la rencontre, le partage et fonde la République.

225 ans après la Révolution française, la Laïcité, comme la République, demeure un perpétuel combat devant notamment les dérives identitaires communautaristes et les assauts populistes xénophobes. (…)

Extraits de l’allocution prononcée par Georges Méric, Président du Conseil départemental, le 10 novembre 2015.