FLASH INFO

Fibre : le Département tient le cap avec le 60 000e abonné !

Date de publication
Publié le 16 décembre 2021
Temps de lecture : 3 min
Miniature
60000e abonné fibre
© Aurélien Ferreira/CD31
Légende

Stéphane Touyre gère l'entreprise des Pépinières Bauduc qui vient de devenir le 60 000e abonné du département.

Chapeau

Le réseau public de fibre optique vient d'accueillir son 60 000e abonné : une pépinière au Fauga. Fin 2022, ce seront 500 000 Haut-Garonnaises et Haut-Garonnais et 548 communes qui bénéficieront du très haut débit, grâce à l'action volontariste du Département. Un déploiement qui se doit d'être partagé et pour lequel la collectivité accompagne les habitants en difficulté face au numérique.

Corps

Le déploiement de la fibre s’effectue désormais à un rythme de production soutenu, avec 10 000 prises mensuelles. Cette dynamique industrielle permet d’avancer sereinement : en dehors des zones les plus denses (Toulouse métropole, Plaisance-du-Touch, Muret et Ramonville, où ce sont les opérateurs qui déploient directement le réseau), l’ensemble des territoires y compris ruraux et de montagne seront raccordés à la fin de l’année 2022. L’objectif sera bel et bien tenu. Grâce à l’action collective engagée, autour du syndicat mixte Haute-Garonne Numérique, des intercommunalités et du délégataire Fibre 31, ce sont aujourd’hui plus de 60 000 abonnés qui bénéficient de la fibre optique. Avec la fibre, le Département soutient plus que jamais le développement économique des territoires et favorise l’expression de la solidarité territoriale et l’accès aux services publics. Car pour le Département, l’humain doit rester au coeur du dossier.

60 000e abonné fibre
Les élus départementaux Victor Denouvion et Sébastien Vincini ont visité la pépinière Bauduc au Fauga, le 60 000e abonné de la fibre en Haute-Garonne. (Crédits : Adrien Nowak / CD31)

Interview : Stéphane Touyre, 60 000e abonné

Depuis combien de temps les pépinières du Fauga existent-elles ?

Il s’agit d’une entreprise familiale, présente au Fauga depuis six générations. Historiquement, l’entreprise produisait des plants forestiers et plants de vigne. Dans les années 60, la production s’est orientée vers la vente de végétaux pour les jardins des particuliers. Dans les années 80, mon beau-père Louis Bauduc a fait évoluer l’activité en ajoutant la plante en pot. Dans les années 90, sa fille Fabienne intègre l’entreprise, enrichit la gamme et développe le conseil en aménagement de jardin.

En quoi la fibre était-elle attendue ?

De par ma formation, j’ai pris en charge l’informatique de l’entreprise. Or, de nos jours, tous passe par le numérique : les commandes, les devis, les plans d’aménagement en 2D et 3D, la facturation, l’administratif… Régulièrement, le réseau était saturé. Par exemple, quand je téléchargeais un fichier un peu lourd depuis mon bureau, cela bloquait les ventes en caisse ! L’arrivée de la fibre nous apporte un vrai confort et beaucoup d’efficacité.

Comment s’est passé le raccordement ?

Comme nous étions éloignés du boitier de terminaison, les opérateurs ont dû dérouler 300 mètres de câbles, ce n’est pas rien. Suite à quoi notre prestataire n’a eu qu’à procéder au raccordement final et au renouvellement du modem. La fracture numérique se réduit, et c’est une très bonne nouvelle pour notre territoire !

Un accès au très haut-débit pour tous

Le déploiement du très haut-débit sur les territoires périurbains, ruraux et de montagne est, pour le Conseil départemental de la Haute-Garonne, une priorité afin de lutter contre la fracture territoriale d’accès au numérique et offrir à tous les habitants un égal accès au très haut-débit, où qu’ils vivent sur le territoire.

Le saviez-vous ? La Haute-Garonne est l’un des départements français où la commercialisation est la plus dynamique (avec un taux de raccordement de 40 % des prises commercialisables).

L’arrivée de la fibre optique représente un enjeu majeur pour l’emploi dans les territoires périurbains et ruraux et ainsi pour une meilleure répartition de l’activité économique, aujourd’hui concentrée sur l’agglomération toulousaine. Elle participe également à l’essor de nouvelles pratiques telles que le télétravail, le coworking, le développement des tiers-lieux ou encore la télémédecine. Par ailleurs, elle permet le maintien de services publics essentiels, avec la dématérialisation des procédures administratives et les services à distance. La crise sanitaire et la période de confinement ont démontré toute l’importance de ces nouveaux usages numériques qui sont sources de changements majeurs dans notre société.