PORTRAIT

Alban Réveillé : La "Ferme intention" de donner du sens Publié le
Date de publication
15 janvier 2019

alban reveillé, maraicher sur son exploitation.
Alban Reveillé, maraîcher sur son exploitation. (Crédits : Aurélien Ferreira/CD31)
Chapeau

Alban est tombé dans la marmite de l'agriculture quand il était petit. Rencontre avec un passionné de retour aux sources. 

Corps
Text

Petit fils d'agriculteur, il se régale a expliquer que ses études d'ingénieur et ses débuts dans la vie professionnelle en tant qu'ingénieur informatique n'étaient rien de plus qu'un "plan de carrière ! J'ai toujours voulu vivre à la campagne et faire le lien entre mes besoins quotidiens et mon activité pour remettre du sens dans ma vie."

Une évidence : la culture biologique

Né à Epinal dans les Vosges, il a beaucoup déménagé et c'est finalement à Cazères qu'il pose ses valises pour réaliser son rêve. Alban est déterminé à s'approprier le métier de paysan "dans tout son sens politique", lorsqu'il monte en 2014, La Ferme intention, son exploitation en maraîchage biologique. "Je travaille sur petite surface d'1 hectare et je suis faiblement mécanisé : je veux cultiver mes légumes sans utiliser de pétrole."

Il vend ses productions en direct à la ferme tous les mardis soir "aux gens du coin", et pour mieux remplir les paniers et continuer l'apprentissage de son métier il n'hésite pas à se diversifier : "Sur ce terrain, j'ai 2000 m² de légumes de pleins champs, 350 m² de serre froide, 100 m² de bâtiments agricoles, 5000 m² de prairie/verger clôturés qui accueillent quelques moutons et poules. 3 ruches sont également installées sur le site ainsi que 6 m² de panneau solaires qui font que la ferme est excédentaire en énergie."

Pour s'installer, Alban a fait appel au Conseil départemental afin de monter un dossier pour une aide à l'équipement d'ateliers maraîchers durables. Cette aide vise à développer les productions maraichères et arboricoles pour favoriser l’approvisionnement en fruits et légumes de proximité des haut-garonnais. L'objectif? Promouvoir les circuits courts, réduire la pénibilité du travail et favoriser le développement de l’agro-écologie. Cette mesure prend la forme d’une subvention aux équipements liés à la production maraîchère et arboricole, à la transformation et à la commercialisation de ces produits en circuit court.

L'An01: un habitat groupé coopératif

Au-delà de la singularité de son activité maraichère, Alban s'est engagé dans un projet d'habitat groupé coopératif.

Un terrain, un corps de ferme de 800 m2, 9 adultes, 3 enfants, des logements à dimension variables : Alban et ses acolytes forment à l'An01 (le nom de leur habitat) un Gaec à la sauce logement : "on partage l'habitat mais pas le travail : nous venons d'horizons très divers, nous sommes trois à travailler la terre et deux maraîchers vont nous rejoindre, mais chacun ses terres et ses productions, l'idée étant que notre lieu de vie soit entouré de culture biologiques".

Un projet solidement ancré sur des valeurs communes : "Pour nous, il s’agit d’une démarche politique : faire vivre la force de la coopération, porter et mettre en œuvre des valeurs dans sa vie quotidienne, maîtriser ses conditions d’habitation, participer à la prise de décision, soutenir et s’intégrer au tissu associatif local." Lorsqu'on lui demande ce qui l'anime, au fond, Alban sourit : "mon but c'est juste de faire la révolution agricole !"

 

Le Conseil départemental propose 16 aides différentes en soutien aux agriculteurs. Plus d'informations sur subventions.haute-garonne.fr.