PORTRAIT

Antoine Viquerat : natation, Jeux olympiques et études d’ingénieur  Publié le
Date de publication
26 juillet 2021

Antoine Viquerat, nageur aux Dauphins du Toec.
Antoine Viquerat, nageur aux Dauphins du Toec. (Crédits : Alexandre Ollier/CD31)
Chapeau

Ils sont champions d’athlétisme, de handibasket, d’aviron, de natation. Ils sont ambassadeurs sportifs de Haute-Garonne et vont représenter le Département lors des Jeux olympiques de Tokyo jusqu'au 8 août. Aujourd'hui, rencontre avec Antoine Viquerat, nageur des Dauphins du Toec.   

Corps

Dans quelques heures, Antoine Viquerat va participer à sa première course olympique. “C’est un rêve qui s’accomplit“, confesse le nageur licencié aux Dauphins du Toec. Car le chemin pour arriver dans les bassins de Tokyo n’a pas été simple pour le Parisien de 22 ans arrivé dans la Ville rose en 2016.  Admis à l’école d’ingénieurs de l’INSA à Toulouse, il signe dans le même temps aux Dauphins du Toec, la référence dans la natation française. “La première année a été difficile car je n’étais pas habitué à nager autant, j’ai multiplié par deux ma charge de travail“, se souvient Antoine Viquerat. Le déclic a lieu lors des Universiades en 2017 à Taipei. “Cette première expérience internationale m’a beaucoup apporté, finalement c’est un avant-goût des Jeux olympiques de Tokyo“. 

Spécialiste de la brasse

Les saisons suivantes, le spécialiste de la brasse, enchaîne les bons résultats avec des titres nationaux en 50 et 200 mètres brasse et augmente ses charges de travail à l’entraînement. A Tokyo, Antoine Viquerat sait qu’il doit améliorer sa gestion de course s’il veut pouvoir rivaliser avec ses adversaires européens ou américains. “J’ai encore une belle marge de progression là dessus“, confesse le nageur toulousain. Figurant parmi les quatre nageurs toulousains à représenter les couleurs de la France, avec Léon Marchand, Assia Touati et Jonathan Atsu, Antoine Viquerat avoue se fixer des objectifs sportifs année après année : en 2022, il visera une performance aux championnats d’Europe en petit et grand bassin avant d’envisager une nouvelle participation aux JO de Paris en 2024. Entre temps il devrait boucler ses études d’ingénieur en 2023 lui qui se destine à travailler plus tard dans l’automobile ou dans une écurie de sports mécaniques. En attendant, Antoine Viquerat profite de sa vie de nageur de haut niveau et veut confirmer sa bonne préparation en ramenant une médaille du Japon.  

Antoine Viquerat, nageur aux Dauphins du Toec.
Antoine Viquerat, nageur aux Dauphins du Toec. (Crédits : Alexandre Ollier/CD31)
Antoine Viquerat avec Assia Touati et Léon Marchand qualifiés aux JO de Tokyo.
Antoine Viquerat avec Assia Touati et Léon Marchand qualifiés aux JO de Tokyo. (Crédits : Alexandre Ollier/CD31)
Antoine Viquerat avec Assia Touati et Léon Marchand qualifiés aux JO de Tokyo.
Antoine Viquerat avec Assia Touati et Léon Marchand qualifiés aux JO de Tokyo. (Crédits : Alexandre Ollier/CD31)