PORTRAIT

Carla Neisen: la médaille d'argent fait le bonheur !

Date de publication
Publié le 3 août 2021
Temps de lecture : 3 min
Miniature
Carla Neisen
© INIGO BROTHERS/France rugby
Légende

Carla Neisen aborde les Jeux avec détermination et sérénité.

Chapeau

Ils sont champions d’athlétisme, de handirugby, de BMX, de natation ou de rugby et sont ambassadeurs sportifs de Haute-Garonne. Retrouvez ces sportives et sportifs qui vont défendre également les couleurs de la Haute-Garonne aux Jeux olympiques de Tokyo du 23 juillet au 8 août. Cette semaine, rencontre avec Carla Neisen, licenciée au Blagnac Rugby et internationale à 7.   

Corps

Il y a quelques jours, Carla Neisen et ses coéquipières de l’équipe de France de rugby à 7 s’envolaient pour Tokyo, ambitieuses et déterminées. Elles en sont revenues avec… l’argent olympique autour du cou ! Preuve qu’elles ont su se donner les moyens de leurs ambitions. Et même si la défaite en finale face aux irréductibles Néo-zélandaises (26-12), doubles championnes du monde en titre et vice-championnes olympiques à Rio en 2016, peut laisser un léger goût amer, elles n’ont pas à rougir de leur beau parcours durant ces Jeux. 

L’aventure avait démarré le 20 juin dernier, alors que le 7 féminin décrochait haut la main son billet pour les Jeux olympiques. « Une délivrance », confiait alors Carla Neisen, joueuse du Blagnac rugby féminin et des Bleues. « Nous avons travaillé dur pour ça et nous y sommes arrivées, malgré tout, malgré le Covid ! » Le travail paye, Carla en sait quelque chose. Elle qui foule les terrains de rugby depuis sa plus tendre enfance, pour encourager son père et son frère, a fini elle aussi par attraper le virus. « J’ai démarré un mercredi après-midi, à l’âge de 8 ans à l’école de rugby de Bugue (Dordogne), et n’ai jamais arrêté ! Je me souviens, ce jour-là, avoir pris beaucoup de plaisir à jouer, à être là sur le terrain avec les autres. »

« Travailler, encore et encore »

A l’époque, elle n’a d’autre choix que de jouer avec les garçons. C’est au collège, à l’UNSS, puis plus tard en club, avec la création d’une section cadette, qu’elle découvrira la pratique purement féminine. « Lorsque j’ai commencé les compétitions à échelon départemental et régionai, j’ai commencé à croiser des sélectionneurs qui m’ont fait font prendre conscience de mon potentiel. Mais il a fallu continuer à travailler, encore et encore. » Passée par le Pôle France, elle finit par décrocher une première sélection dans le XV de France à l’âge de 18 ans. « Cela a été un moment clé dans ma carrière, j’en garde un énorme souvenir ! », dit-elle. Petit à petit, la joueuse de Blagnac, s’est imposée sur les terrains internationaux, jusqu’à passer sous contrat fédéral avec les Bleues du 7 en 2016. 

Pas question pour autant de délaisser le XV. « Ce sont deux pratiques très distinctes, impossible de choisir », affirme celle qui est désormais rompue à l’aller-retour entre les deux disciplines. Titulaire d’un bachelor commerce marketing, la jeune femme a d’ailleurs choisi de mettre cette autre vie sur pause pour se consacrer entièrement au ballon ovale. C’est cette implication totale qui lui a permis d’aborder les Jeux avec autant de sérénité. « On est un groupe soudé, on est tout le temps ensemble donc on se connaît bien, expliquait-elle quelques jours avant la cérémonie d’ouverture. On a beaucoup progressé et on a les moyens aujourd’hui d’aller loin. L’essentiel sera de ne pas avoir de regrets ! » Mission accomplie.