Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page

Des super-héros insufflent un vent de culture au collège

Date de publication
Publié le 20 mai 2022
Temps de lecture : 3 min
Miniature
Restitution parcours d’éducation artistique et culturelle à Cazères
© Hélène Ressayres
Légende

Restitution parcours d’éducation artistique et culturelle à Cazères

Chapeau

Dans le cadre des parcours d’éducation artistique et culturelle (PEAC), le Conseil départemental de Haute-Garonne favorise l’égalité de l’accès à la culture pour tous les collégiens. Illustration au collège du Plantaurel de Cazères, où, le temps d’un après-midi, des supers-héros sont venus au secours de la planète.

Corps v2

Larrsen l’abeille, (mi humain, mi insecte) aspire les pesticides et lutte contre l’effondrement des colonies d’abeilles, Etilipsa originaire de la planète Medulsa lutte contre les marées noires grâce à ses fibres capillaires qui aspirent le pétrole, Rosa-lee, lion de plomb est capable de lutter contre les fuites radioactives, ou encore Sphynxinator, le super-héros à tête de pharaon, résiste à l’acide pour combattre la contamination chimique des eaux…

Ils ont fait sensation ces super-héros, convoqués par l’imagination des élèves de 3ème du collège du Plantaurel à Cazères. En cette après-midi d’avril, les collégiens simulent en effet une conférence de presse digne des meilleurs Marvel, pour présenter leur super-héros ou héroïne devant un public de littéralement subjugué.


« Cette séance, c’est l’aboutissement de six semaines de travail », raconte Marine Chaumelle, médiatrice scientifique à l’association Instant sciences, qui a mené ce projet à la demande de la médiathèque du Département. « Le but, c’est de faire découvrir aux collégiens le principe de la démarche scientifique et de les sensibiliser à des problématiques environnementales, en s’appuyant sur la culture populaire des super-héros. »

Paris gagné semble-t-il. « On a adoré ! » lancent en cœur Andy et Zoé. Avec leur  groupe, Les Gardiens de la Science, ils ont imaginé et dessiné la super-héroïne Etilipsa. « Au début, je me suis dit mais quel rapport entre les super-héros et l’environnement ? Mais très vite on a fait des liens entre ce que l’on avait appris en cours de SVT sur la génétique et les molécules d’hydrogène, notamment pour imaginer des supers pouvoirs à notre héroïne », explique Zoé.


Ce sujet sur la pollution des océans, ils ne l’ont pas choisi mais tiré au sort. « Les marées noires, on en avait vaguement entendu parler à la télévision, mais ça nous a donné l’occasion de faire des recherches et d’apprendre des choses ; et surtout ça m’a particulièrement inspiré pour dessiner Etilipsa », confie Andy.

Nadège Picauron-Rey, la référente des parcours d’éducation artistique et culturelle, au sein de la médiathèque départementale nous explique « Pour l’ensemble des parcours, nous avons consacré un budget de 60 000 euros pour l’année scolaire 2021-2022, afin de concevoir cinq projets autour de la culture (toutes matières confondues : littérature, science, théâtre…) ». Soit 25 classes de collèges et 700 élèves du département, ou pour le projet Science et super-héros, qui est l’un des cinq parcours,  5 collèges et environ 145 élèves. « Nous trouvions que la science était un peu absente de ces parcours, conclut Nadège Picauron-Rey, c’est pourquoi mêler culture populaire et problématique environnementale nous a semblé un bon moyen de sensibiliser les collégiens à une démarche scientifique tout en les amenant à travailler leur éloquence. »