À LA UNE

Garon’Amont : les 32 propositions pour un projet de territoire Publié le
Date de publication
22 octobre 2020

garon'amont
32 mesures pour Garon'Amont
Chapeau

Le projet de territoire Garonne Amont a été lancé à l’initiative du Département afin d’assurer une gestion concertée et durable de l’eau. 32 propositions, pour sensibiliser la population aux économies d’eau potable ou accompagner les agriculteurs dans une approche agro-écologique globale,  permettront de 2021 à 2025 d’optimiser la gestion de l’eau sur ce bassin versant.

 

 

 

Corps

Face au réchauffement climatique et aux épisodes de sécheresses chroniques, le Conseil départemental a dévoilé le 22 octobre une série de 32 propositions d’actions afin de prévenir et d’apporter des solutions aux pénuries d’eaux. « L’été 2020 a été le plus chaud depuis près de 40 ans », note Pascal Bourreau, président de Haute-Garonne environnement. Ces propositions résultent de la phase de concertation citoyenne menée entre mars et juin 2019 et qui a débouché sur 130 recommandations.

4 axes stratégiques

« Nos objectifs consistent à économiser l’eau et trouver des solutions pour qu’il y ait de l’eau toute l’année sur l’ensemble du territoire », explique Georges Méric.

Ces 32 propositions, certaines seront mises en applications dès 2021, sont guidées selon 4 axes stratégiques :

  • réaliser des économies d’eau,
  • établir de façon plus transparente la gouvernance de l’eau,
  • proposer des solutions pour le stockage de l’eau
  • et adapter l’aménagement du territoire aux changements climatiques.
Garon'Amont
Présentation des 32 mesures pour Garon'Amont le 22 octobre 2020 (Crédits : Aurélien Ferreira)

Un investissement de 8 millions d’euros

Le Conseil départemental a voté un financement de 8 millions d’euros de 2021 à 2025 pour la mise en œuvre de ce plan d’actions. « Notre mot d’ordre est d’associer dans cette démarche les citoyens, les élus du territoire mais aussi les associations environnementales, les consommateurs ou les agriculteurs », relève Jean-Michel Fabre, vice-président en charge de l’environnement.  

Parmi les mesures phares, les actions prévoient l’amélioration des performances du matériel d’irrigation, l’aménagement d’un conservatoire départemental de zones humides, l’optimisation des stocks hydroélectriques ou l’expérimentation de l’utilisation de eaux usées traitées pour l’arrosage des espaces verts publics et privés.