À LA UNE

Istvan Caillet multiplie les figures en BMX freestyle  Publié le
Date de publication
16 juillet 2021

Istvan Caillet, champion de BMX freestyle.
Istvan Caillet, champion de BMX freestyle. (Crédits : Aurélien Ferreira / CD31)
Chapeau

Ils sont champions d’athlétisme, de handirugby, de BMX, de natation ou de rugby et sont ambassadeurs sportifs de Haute-Garonne. Retrouvez ces sportives et sportifs qui vont défendre également les couleurs de la Haute-Garonne aux Jeux olympiques de Tokyo du 23 juillet au 8 août. Cette semaine, rencontre avec Istvan Caillet, champion de BMX freestyle.

Corps

Aux Jeux olympiques de Tokyo, de nouvelles disciplines sportives font leur apparition. Parmi elles, le BMX Freestyle. Un sport que Istvan Caillet, 28 ans, né à Sainte-Foy-d’Aigrefeuille près de Toulouse pratique depuis son plus jeune âge. Retenu comme remplaçant au sein de l’équipe de France, le titulaire est Anthony Jeanjean, celui qui s’est classé 13ème lors des championnats du monde se prépare comme s’il allait disputer la compétition. Au pôle France à Montpellier ou à Sainte-Foy-de-Peyrolières dans le jardin de ses parents où il a installé des structures en bois afin de s'entraîner, Istvan Caillet roule sans arrêt. Rien de plus normal pour le jeune homme qui a débuté le BMX à l’adolescence lors de son entrée en sixième. “Je me souviens, il y avait un skate-park derrière le collège de Saint-Lys où j'étais scolarisé. Alors que je faisais déjà du vélo trial, je me suis mis au BMX et j’ai accroché de suite”, raconte Istvan Caillet. Juché sur un vélo qui pèse pas plus de 8,5 kilos et dont les roues tournent sur leur axe, l’athlète doit enchaîner des figures acrobatiques en sautant sur les différents tremplins installés sur les 400 m2 de modules. 

Le BMX, un sport de plus en plus populaire

La spécialité d’Istvan Caillet : le cas roll whip qui consiste à enchaîner les figures acrobatiques tout en faisant tourner le cadre de son vélo une fois en l’air.  “L’objectif est d’utiliser l’ensemble du parc, les juges nous notent sur la complexité et l’originalité des figures”. Ambassadeur sportif du Département, Istvan Caillet qui avoue apprécier l’ambiance “cool“ du monde du BMX, se félicite de la professionnalisation croissante de son sport. “C’est un sport qui plaît beaucoup aux jeunes et qui est de plus en plus populaire. En 2019, le FISE (Festival international des sports extrêmes, Ndlr) a accueilli 650 000 personnes à Montpellier “, note Istvan Caillet qui regrette que certains esprits chagrins contestent l’arrivée du BMX comme sport aux Jeux olympiques. En attendant, le sportif haut-garonnais reste concentré sur sa préparation. “Même si c’est un peu frustrant d’être sur la touche, je suis fier et heureux de partir aux Jeux olympiques, ça me motive pour la suite et notamment les JO de Paris en 2024!“. 

Istvan Caillet, champion de BMX freestyle.
Istvan Caillet, champion de BMX freestyle. (Crédits : Aurélien Ferreira / CD31)