REPORTAGE

A la découverte de la Garonne au fil de l'eau Publié le
Date de publication
23 septembre 2020

Garonne
La Garonne peut se découvrir en canôe. (Crédits : V.C/CD 31)
Chapeau

Des Pyrénées aux portes de Toulouse, la Garonne dévoile ses richesses au fil de l’eau. Jusqu'à la fin du mois d'octobre, il est encore possible de découvrir ce patrimoine bien souvent méconnu.   

Corps

Si à cause du Covid-19, les voyages à l’autre bout de la terre ou hors de nos frontières sont rendus difficiles, la pandémie donne l’occasion de découvrir le patrimoine et la nature à nos portes. Par exemple la Garonne qui prend sa source au "trou du Toro" dans le Val d’Aran dessine de somptueux paysages. Près de Saint-Béat au sud de la Haute-Garonne, les plus sportifs pourront vivre des sensations en raft : munis d’un gilet, d’un casque et d’une combinaison, l’eau avoisine quand même les 13 degrés au pied des Pyrénées, vous pourrez affronter les rapides de l’impétueuse Garonne sur plusieurs kilomètres. Sensations garanties. Après une halte à la maison Garonne à Cazères, on retrouve quelques kilomètres en aval, un fleuve plus calme à, l’endroit où son lit s’élargit.

 

Des espèces protégées à quelques kilomètres du Capitole

A l’approche de Toulouse, la Garonne traverse des bois, des champs et coule au pied de nombreuses falaises. Depuis Le Vernet ou Clermont-Le Fort, à une trentaine de kilomètres en amont de Toulouse, il est alors possible de naviguer à canoë ou en kayak. On traverse alors la réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège où se rejoignent les deux rivières. Dans cet écrin de verdure près de 600 espèces animales, dont plusieurs dizaines sont menacées de disparition, et autant d’espèces végétales sont protégées. Dans le silence et le calme, à quelques kilomètres de la place du Capitole, on peut observer le lézard catalan, l'aigle botté ou l'eufragie à larges feuilles. En poursuivant la navigation, on traverse Toulouse en passant devant la Grave, avant de découvrir une Garonne plus « sauvage » entre Gagnac et Grenade. A vos pagaies !