REPORTAGE

La liberté d’expression s’écrit sur les bancs des collèges Publié le
Date de publication
28 juin 2021

banc Naelou à Fermat
Ces phrases écrites par des élèves de 3è du collège Pierre de Fermat sont désormais gravées sur un banc qui trône au milieu de leur cour. (Crédits : Adrien Nowak)
Chapeau

Le Département a financé la création de quatre bancs « Naelou », des œuvres participatives uniques signées par l’artiste-designer toulousain Chat Maigre et co-construites avec des élèves de 3ème de quatre collèges haut-garonnais. 
 

Corps

« Tu es assis là où j’étais ». « Ce que tu penses, ce que tu dis, ce que tu es en vaut la peine ». « Ose t’exprimer, casser les codes ». Ces quelques phrases ont été écrites par des élèves d’une classe de 3è du collège Pierre de Fermat à Toulouse, et sont désormais gravées… sur un banc qui trône au milieu de leur cour. Il a été installé à la fin du mois de juin par l’artiste-designer toulousain Chat Maigre, créateur du concept de banc public participatif dit « Naelou », dont l’objectif est de laisser des messages positifs dans les espaces publics.

« C’est toujours très chouette de voir l’aboutissement d’un projet collaboratif, surtout avec des jeunes », note Kamel Secraoui (alias Chat Maigre) qui a invité les collégiens à « s’approprier » leur œuvre.

Quatre bancs installés en Haute-Garonne

Durant l’année scolaire, les 3è « 2 » ont travaillé avec leurs professeurs d’arts plastiques et de français sur le thème de l’art urbain et ont participé à des ateliers d’écriture en présence de Chat Maigre. « L’intérêt de ce projet qui nous été proposé par le Département est multiple, résume Véronique Bousquet, professeure d’arts plastiques à Fermat. Il nous a permis de réfléchir au sens de l’art dans l’espace public, de développer une culture artistique autour de l’art participatif, et surtout d’élaborer une œuvre en lien avec un artiste. » Des petites colombes portant l’inscription « libre » sont ainsi venues décorer les fenêtres de la cour, et des traces de pas ont été dessinés par les élèves. Comme une façon de « laisser une trace de notre passage dans cet établissement, tout en nous adressant aux générations qui arrivent », glisse Roméo. L’émotion est palpable, d’ailleurs, une fois le banc couleur bleu pastel – en référence à la porte d’entrée de l’établissement situé en plein centre-ville de Toulouse – vissé dans le bitume.

« Notre travail autour de la liberté d’expression est désormais gravé là ; c’est à la fois beau et touchant car nous sommes restés quatre ans ici », témoigne Sibylle qui s’apprête à passer au lycée. Le Département a ainsi fait l’acquisition de quatre bancs qui ont été installés la semaine dernière aux collèges Condorcet à Nailloux, Jolimont, Vauquelin et donc Fermat à Toulouse.