Le Département poursuit ses engagements pour répondre à l’urgence sociale Publié le
Date de publication
12 janvier 2021

Voeux à la presse
le président du Conseil départemental Georges Méric, accompagné par plusieurs élus départementaux, a présenté ses voeux à la presse. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

À l’occasion de ses vœux aux journalistes haut-garonnais, le président du Conseil départemental Georges Méric, accompagné par plusieurs élus départementaux, est revenu sur cette année 2020 historique, tout en rappelant l’ensemble des mesures d’urgence prises par le Département pour atténuer les effets de la crise sur l’ensemble de la population.

Corps

« Les conséquences de la crise sanitaire ont été nombreuses pour les habitants de la Haute-Garonne, a indiqué Georges Méric en préambule. Face au tsunami social avec ses faillites et dépôts de bilan, le Département a répondu présent, en mettant en place des plans d’urgences sociales de 70 millions d’euros, en distribuant 46 000 bons solidaires aux plus fragiles, en soutenant les acteurs économiques ou encore en distribuant 5 millions de masques. »

Un plan d’urgences sociales pour protéger les Haut-Garonnais.e.s

Le Département de la Haute- Garonne a en effet mis en œuvre, dès le mois de mars 2020, puis en novembre, une série de mesures sociales visant à lutter contre la précarité et l’exclusion, à préserver l’activité économique et l’emploi sur le territoire, à soutenir les acteurs associatifs, culturels et sportifs et à apporter un soutien financier et psychologique aux personnes isolées, les personnes âgées et les jeunes. « L’objectif de ce bouclier social est d’atténuer les effets de la crise, notamment pour les publics les plus fragiles », note Arnaud Simion, vice-président en charge de l’action sociale : enfance et famille. Parmi les mesures phares :

  • Plus de 5 millions de masques distribués aux Haut-Garonnais.e.s
  • Distribution de tablettes aux collégiens
  • 46 600 bons solidaires attribués pour les achats alimentaires et d’hygiène de première nécessité
  • Un fonds exceptionnel de 6 millions d’euros pour les associations
  • Un soutien renforcé au monde de la culture
  • Un fonds de précarité de 3,5 millions d’euros pour compenser les pertes de revenus
  • Une coopération renforcée avec les acteurs de l’aide alimentaire
  • Le soutien aux personnes isolées

Renforcer les services publics de proximité

Le Conseil départemental a engagé le déploiement d’un réseau de 40 Maisons départementales de proximité sur l’ensemble du territoire, pour renforcer la présence des services publics en Haute-Garonne. Le 17 décembre 2020, la première Maison départementale de proximité a ouvert ses portes à Montgiscard. Suivront cinq autres qui verront le jour début 2021 à Verfeil/Montastruc, Nailloux, Saint-Lys, L’Isle-en-Dodon, Le Fousseret et Montréjeau. D’autres sites sont à l’étude à Cadours, Léguevin et sur les territoires de Revel/Lanta/Caraman. « Ces Maisons départementales de proximité seront implantées en complémentarité avec les Maisons France services de l’État et permettront au public de bénéficier d’un accompagnement pour toutes démarches administratives, notamment les e-services, liées aux compétences du Département », explique Émilienne Poumirol, conseillère départementale.

Favoriser l’inclusion numérique

Le Conseil départemental a engagé le déploiement du très haut débit sur l’ensemble du territoire via son délégataire Fibre 31, d’ici 2022, afin de couvrir les zones périurbaines, rurales et de montagne, jugées peu denses par les opérateurs. Au total, 278 000 prises seront raccordées à la fibre optique sur le territoire.

En parallèle, le Département porte l’ambition de développer les usages et les services numériques et a adopté un schéma dédié en octobre 2020, qui prévoit notamment la distribution de « Pass numériques » aux Haut-Garonnais. Les Pass numériques sont des titres de paiement, calqués sur le modèle des tickets-restaurants, qui permettent d’accéder à des ateliers de formation pour acquérir les compétences de base en matière de numérique. Ils seront disponibles à partir de février 2021.

Accélérer la transition écologique

Le 26 mai 2020, le 2è acte du plan départemental pour la transition écologique a été adopté à l’unanimité par l’assemblée départementale. Il prévoit de nouvelles actions destinées à réduire l’émission de gaz à effet de serre, avec : la création du Conservatoire des zones humides (plus de 5 100 hectares recensés), le Schéma départemental d’alimentation en eau potable, le plan de déploiement du Réseau Express Vélo (REVe), le plan Arbres et la protection des grandes forêts du département, le soutien de la production d’énergie renouvelable, la multiplication par deux des logements isolés chaque année ou encore le développement et la promotion d’une alimentation locale de qualité. « Il s’agit aujourd’hui de préparer la Haute-Garonne de demain en œuvrant pour la préservation de notre planète, à travers tous les leviers d’action possibles », explique Jean-Michel Fabre, vice-président en charge du développement durable.

Par ailleurs, le Conseil départemental agit pour la préservation de la ressource en eau, dans un contexte de changement climatique qui est d’ores-et-déjà perceptible. L’élaboration du projet de territoire Garon’Amont, réalisé en concertation avec ses partenaires, les citoyens et l’ensemble des acteurs de l'eau, est désormais finalisé et les premières actions concrètes sont en cours. Ce projet a été récompensé le 1er décembre 2020 par le Trophée de la participation et de la concertation de la Gazette des communes et du Think Tank « Décider ensemble ».

Le maintien des investissements sur le territoire pour la sauvegarde de l’emploi local

Dès le début de la crise sanitaire, le Conseil départemental s’est mobilisé aux côtés des entreprises du secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP) et notamment de ses prestataires de marchés publics pour maintenir au maximum l’activité et l’emploi. La collectivité a ainsi accordé une avance pouvant aller jusqu’à 60 % pour les marchés n’ayant pas fait l’objet d’un premier paiement ainsi que pour les futurs marchés publics de travaux à attribuer en 2020, ce qui représente un montant de 10 millions d’euros.

« Pour cette année 2021, nous allons redoubler d’effort afin de voter un budget qui permettent de dégager des marges de manœuvre pour conserver un très haut niveau d’investissements, de l’ordre de 250 millions d’euros, car il est plus que jamais nécessaire d’accompagner les entreprises et préserver l’emploi », précise Sébastien Vincini, rapporteur du budget. Le Conseil départemental s’est ainsi engagé à poursuivre son programme de construction et de réhabilitation de 22 collèges pour un budget de 320 millions d’euros et son plan pluriannuel d’investissements de voirie départementale de 85 millions d’euros.