PRÈS DE CHEZ VOUS

Été 2022 : les expos à ne pas manquer en Haute-Garonne

Date de publication
Publié le 30 mai 2022
Temps de lecture : 4 min
Miniature
Expos été 2022
© Adrien Nowak/CD31
Légende

Cet été, 7 expositions de peinture, photographie, archéologie et histoire, ouvrent leurs portes aux Haut-Garonnais.

Chapeau

À partir du 1er juin, les lieux culturels départementaux accueillent plus de 15 expositions gratuites tout au long de l’été à destination de tous les publics. À travers cette programmation, le Conseil départemental a fait le choix d'artistes engagés qui portent un regard sensible sur les enjeux sociétaux à différentes périodes de l'histoire. Ils défendent la liberté, les valeurs républicaines et combattent, chacun au fil des siècles, l'oppression, l'exclusion ou les inégalités.

Corps v2

Au Musée départemental de la Résistance & de la Déportation, à Toulouse

Le Musée départemental de la Résistance & de la Déportation rend hommage à l’artiste engagée Joséphine Baker à travers une exposition inédite. "Joséphine Baker, une vie d’engagements" invite le public, du 25 juin au 29 octobre, à découvrir diverses archives et œuvres de l’artiste évoquant son parcours artistique, son engagement auprès des soldats en 1939 et dans la Résistance, mais aussi à s’interroger sur les mémoires de Joséphine Baker ainsi que son héritage.


Au château de Laréole, près de Cadours

Jane Evelyn Atwood

Une rétrospective exceptionnelle du 3 juin au 25 septembre, "Sept histoires (1976-2010)" de la photographe franco-américaine Jane Evelyn Atwood dans le cadre du festival MAP Toulouse.

210 photographies réparties en 7 séries en noir et blanc et en couleur, réalisées entre 1976 et 2010.

Fascinée par les gens et par la notion d’exclusion, Jane Evelyn Atwood a réussi à pénétrer des mondes que la plupart d’entre nous ignore ou choisit d’ignorer : la prostitution, les femmes incarcérées, les premiers malades du Sida, les aveugles ou encore la vie quotidienne à Haïti dans les années 2000. 

Lucien Vieillard (exposition permanente)

La « collection » de Lucien Vieillard, ce sont une cinquantaine de toiles dont le peintre a fait don au Conseil départemental. Elles sont désormais exposées dans une salle dédiée du château de Laréole qui porte son nom.

Ces peintures à l’huile, dans le style naïf, ont été réalisées pour la plupart entre 1968 et 2015 et témoigne du talent de l’artiste autodidacte toulousain.

Au musée de l'Aurignacien, à Aurignac

Venus de lespugue
© MNHN – J.-C. Domenech
Venus de lespugue

Le Musée de L’Aurignacien, à Aurignac, célèbre le centenaire de la découverte de la Vénus de Lespugue, à travers une exposition événement du 6 juillet au 11 décembre. Intitulée "Vénus : les représentations féminines de la Préhistoire", cette exposition interactive et ludique revient sur la découverte majeure sur la commune de Lespugue. Cette petite statuette féminine a été découverte il y a 100 ans. Datée d'entre 34 500 et 25 000 ans avant notre ère, elle lève le voile sur la diversité des représentations féminines du Paléolithique.

À La galerie 3.1, à Toulouse

La galerie 3.1 propose un regard inédit sur le couple de peintres espagnols Francisco Bajén et Martine Vega avec l'exposition "Éclairer les ombres", du 3 juin au 27 août, en partenariat avec le musée Bajén/Vega de Monestiés dans le Tarn. Les deux artistes expriment à la fois le bonheur de la liberté retrouvée et la nostalgie du pays natal, qui façonnent leur art, Franciso Bajén puisant dans le dessin classique comme le cubisme et Martine Vega libérant sa veine expressionniste et fauve.

Détail Les cyclistes - F Bajen/V de Monestiés
© D.R.
Détail Les cyclistes - F Bajen/V de Monestiés

À l’Abbaye de Bonnefont, à Proupiary

Empreintes de Caroline White
© D.R.
Empreintes de Caroline White

L’exposition "Retour à la Source" de Caroline White du 1er juin au 25 septembre, à l’Abbaye de Bonnefont, donne à voir le travail de la peintre et sculptrice d'origine anglaise. Caroline White a passé les années 1980 à parcourir de nombreux lieux sacrés, romans et cisterciens, devenus la source de son travail artistique. Elle fut éblouie par l’organisation de l’espace et de la lumière, la beauté des pierres et la puissante énergie ancrée dans ces sites. 

Aux Olivétains, à Saint-Bertrand-de-Comminges

Archéologie au village

Réputée pour sa cathédrale phare, Saint-Bertrand-de-Comminges possède en outre des strates archéologiques et monumentales de première importance. Depuis 2018, ces vestiges font l'objet de grande ampleur, et c’est à la découverte de ces travaux qu’est consacrée l’exposition Archéologie au village, proposée par le programme collectif de recherche de l’École pratique des hautes études avec la collaboration du Musée archéologique départemental jusqu’au 25 septembre. Cet événement permettra à chacun de mieux mesurer l’importance archéologique de Saint-Bertrand-de-Comminges, mais aussi de découvrir la façon dont les archéologues travaillent et tirent leurs enseignements. Jusqu’à mi-juillet, vous pourrez même accéder au site de Saint-Just de Valcabrère, toujours en cours de fouille ! 


Autres Garonnes

Le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de la Haute-Garonne (CAUE 31) vous propose, également sur le site des Olivétains à Saint-Bertrand-de-Comminges, une seconde exposition temporaire, Autres Garonnes, dédiée à l’histoire des relations entre la Garonne pyrénéenne et ses différents riverains au fil des époques. À travers un parcours alternant points d’observation du grand paysage et focus sur des sites garonnais, l’exposition propose une approche à la fois topographique, historique et paysagère. Un grand plongeon dans la Garonne d’hier et d’aujourd’hui ! Cette exposition se tient également jusqu’au 25 septembre.