PORTRAIT

Lucas Didier, le pongiste qui renvoie la balle plus vite que son ombre  Publié le
Date de publication
2 avril 2021

Lucas Didier, pongiste licencié au TT Plaisançois.
Lucas Didier, pongiste licencié au TT Plaisançois. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Ils sont champions d’athlétisme, de handibasket, d’aviron, de natation et sont ambassadeurs sportifs de Haute-Garonne. Deux fois par mois retrouvez ces sportives et sportifs qui portent également les couleurs de la Haute-Garonne. Cette semaine, rencontre avec le jeune Lucas Didier, champion handisport de tennis de table. 

Corps

En juin 2021, Lucas Didier a deux échéances importantes dans son calendrier : les épreuves du bac options mathématiques et physiques, et le tournoi qualificatif organisé en Slovénie, dernière étape pour valider son billet pour l’épreuve de tennis de table des JO paralympiques de Tokyo. Et le pongiste de 17 ans licencié au TT Plaisançois prépare assidûment les deux épreuves. “Une fois le bac en poche, j'espère aller à Montpellier l’an prochain pour suivre les cours du DUT Tech de co et intégrer le pôle national sud tennis de table afin d’avoir des horaires aménagés“, explique l’adolescent. Avec dix ans de tennis de table à son actif dont cinq en handisport, à cause d’un pied bot et d’une atrophie des mollets, Lucas Didier marque la discipline par sa précocité et ses résultats: il a tout juste 15 ans quand il se distingue dans la catégorie séniors. 

“J’attends que l’adversaire fasse l’erreur en premier“

Et ce ne sont pas les 15 heures d'entraînements hebdomadaires, ni les nombreuses compétitions en France ou à l’international, quand il n’y a pas le Covid, qui effraient celui qui est également ambassadeur sportif du Département. Au contraire. “J’adore ce sport où il ne faut pas se laisser submerger par les émotions et où on joue contre des adversaires avec des styles différents“. Adepte de la “défense de table“, “j’attends que l’adversaire fasse l’erreur en premier“ dit-il dans un éclat de rire, Lucas Didier joue avec une raquette dotée dotée de picots sur une face, lui permettant d’envoyer un revers avec effets que ses adversaires peinent à rattraper. Une technique qui lui a permis de briller aux championnats d’Europe en Suède (quart de finaliste) et de ramener une médaille d’argent de l’Open de Pologne. Un avant-goût de ce qu’il espère vivre à Tokyo dans quelques mois, en compagnie de son frère Ugo qualifié sur les épreuves de natation, ou aux JO de Paris en 2024. 

Lucas Didier, pongiste licencié au TT Plaisançois.
Lucas Didier, pongiste licencié au TT Plaisançois. (Crédits : Aurélien Ferreira)