PRÈS DE CHEZ VOUS

Plantation de haies pour les collégiens de Caraman

Publié le 16 janvier 2024
Temps de lecture : 2 min
© Rémy Gabalda / CD31

Le 12 janvier, 24 élèves de sixième scolarisés au collège de Caraman ont planté avec enthousiasme plusieurs centaines d’arbustes sur la parcelle d’un agriculteur, dans le cadre du programme annuel de plantation de haies du Conseil départemental. Une action de restauration des milieux naturels tout autant que d'éducation au développement durable.

La mécanique est bien huilée : alignés en bordure de champ, les élèves de 6e du collège François-Mitterrand de Caraman mettent soigneusement en terre des plants d’arbustes (viorne, nerprun…). Puis, chacun leur tour, ils rejoignent la tête du cortège pour poursuivre l’opération, donnant l’image d’une incoercible chenille humaine. Au total, ils ont 370 mètres de haie à planter en cette après-midi grise de janvier. « Elle va permettre de séparer les parcelles mais aussi d’attirer les insectes et les oiseaux », explique fièrement Maya, les mains dans la terre. « Ça fait du bien de savoir qu’on agit pour la biodiversité », poursuit sa copine Louise, pendant qu’elle place une collerette autour du plant « pour éviter que l’herbe pousse à son pied ».

Grégory Varieras, leur professeur de sciences, veille au grain : « L’impact de l’homme sur son environnement, sur la biodiversité, c’est au programme de sixième. Donc, quand Didier Codecco, l’exploitant avec qui nous organisons une rencontre chaque année, nous a proposé de venir l’aider à planter une haie, nous n’avons pas hésité ». D’autant que l’éleveur n’est pas novice en la matière : il recrée ces havres de biodiversité sur son exploitation depuis près de trente ans. « Grâce au Conseil départemental, qui travaille désormais avec nous et nous fournit gratuitement les végétaux, nous avons planté environ 4 kilomètres de haie ces dernières années », précise-t-il.

« C’est un secteur sur lequel il y a une bonne dynamique de plantation, se félicite de son côté Béatrice Berthier, conseillère agroenvironnement du Département. Ici, les agriculteurs ont été très vite sensibilisés à la lutte contre l’érosion ». Avec le temps, Didier Codecco a constaté de nombreux autres bénéfices : « On s’est rendu compte, par exemple, que les semis d’automne prenaient mieux au pied d’une haie car en arrêtant le vent, la haie empêche l’évaporation rapide de l’eau. »

Au total, cet hiver, 17 kilomètres de haie, financés par le Conseil départemental, ont été plantés sur l’ensemble du territoire haut-garonnais.