PRÈS DE CHEZ VOUS

Portraits et paroles de la jeunesse à l’Espace Roguet

Date de publication
Publié le 5 mai 2022
Temps de lecture : 2 min
Miniature
Fatou s'est prêtée à l'expérience
© Florian Branchoux
Légende

Fatou s'est prêtée à l'expérience

Chapeau

L’exposition Regards caméra propose au public de découvrir dix portraits croisés de jeunes, entremêlant création théâtrale et photographie. À découvrir du 9 mai au 3 juin 2022 à l'espace Roguet, puis en septembre à Cintegabelle, avec un vernissage-performance dimanche 18 septembre dans le cadre du festival Les Frissonnantes.

Corps v2

Dix regards qui interpellent. Dix regards de jeunes entre 17 et 25 ans, qui se sont prêtés au jeu du portrait, avec sincérité et pudeur à la fois. Le projet, porté par le Conseil départemental et la Direction des arts vivants et visuels, s’appelle Regards Caméra. Il est le fruit du travail d’En Compagnie des Barbares, dirigée par Sarah Freynet, et du photographe Florian Branchoux, en partenariat avec Le Tracteur à Cintegabelle. À la rentrée 2021, un groupe de jeunes de Toulouse et de Cintegabelle s’est constitué. « Je leur ai posé des questions sur la jeunesse, puis j'ai fictionnalisé leurs propos, pour aboutir à un texte qui est une réalité transformée à partir de leurs fantasmes », explique Sarah Freynet.

Dans un second temps, Florian Branchoux, 23 ans, étudiant à l’école de photographie de Toulouse et repéré dans le cadre de la Bourses Initi’active Jeunesse de la Mission Jeunesse du Conseil départemental, a immortalisé les participants, avec pour contrainte ce « regard caméra » que l’on voit au cinéma, lorsque l’acteur sort de son jeu pour s'adresser au spectateur. Il s’était déjà intéressé aux étudiants souffrant de troubles anxieux durant la crise sanitaire.

Portraits croisés

Résultat, une exposition de dix portraits, accompagnés de dix textes, touchants, percutants.

Qu’ils soient lycéens, étudiants, jeunes actifs ou à la recherche d'un emploi, ils dévoilent une part de leur intimité et évoquent leurs perspectives pour l’avenir. Ainsi, quand certains veulent laisser une trace dans le monde, d’autres souhaitent surtout n’en faire aucune. On retrouve chez chacun un irrépressible besoin de rêver. Que ce soit d'un monde meilleur ou simplement d'un métier pour vivre décemment. « Ce projet a été une manière de nous parler d’une façon qu’on ne fait pas habituellement », témoigne Romane. « D’autant qu’on peut se retrouver dans les propos de chacun, poursuit Lea. Pour moi, l’intérêt était aussi de vivre une nouvelle expérience de théâtre puisque je veux en faire mon métier. »

Espace Roguet

Métro Saint-Cyprien, ligne A

9 Rue de Gascogne

31300 Toulouse

Le vernissage

 Le 14 mai à 18h, à l’Espace Roguet : vernissage théâtralisé avec lecture des textes écrits par Sarah Freynet par les jeunes participants, textes piochés au hasard pour leur faire porter la voix de l’autre.