À LA UNE

"Riquet, le songe de Naurouze" : un film tourné en Haute-Garonne Publié le
Date de publication
24 mars 2018

Tournage "Riquet, le songe de Naurouze"
Jean Périssé dirigeant l'acteur Bernard Le Coq sur le tournage du film "Riquet, le songe de Naurouze", le 12 avril 2018. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Premier clap du long-métrage Riquet, le songe de Naurouze, un film sur Pierre-Paul Riquet tourné du 3 au 14 avril. C'est la première fois que le Conseil départemental, propriétaire du site depuis 1984, met à disposition ce joyau architectural pour la réalisation d'une oeuvre cinématographique. Le Département octroie également une subvention de 40 000€ pour soutenir ce film.

Corps

Après 2 années de travail, le tournage de Riquet, le songe de Naurouze, film documentaire historique, débute le 3 avril au château de Laréole. C'est sous l'impulsion de l’Association « Un film sur Riquet », créée en 2011 que le cinéma français honore enfin Pierre Paul Riquet. L'homme, entrepreneur visionnaire qui accordait des droits sociaux aux travailleurs, qui a imaginé et oeuvré pour le «canal royal en Languedoc», le canal du Midi depuis la Révolution, aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, mértiait bien cela.

Le canal du Midi, vecteur d’identité culturelle

Le canal du Midi est important pour la Haute-Garonne mais aussi pour toute la région Occitanie Pyrénées Méditérannée. Pour la réalisation du film, le Conseil départemental a accordé une subvention de 40 000 € ainsi qu'une mise à disposition du Château de Laréole pour réaliser une partie du tournage. 

Synopsis

1673 en Languedoc. Tandis qu’au Nord on construit Versailles, le creusement du Canal du Midi est à son mi-parcours. Riquet, riche « bourgeois-gentilhomme » désormais à la tête de la plus grosse entreprise du temps, attend le roi sur ses chantiers. C’est un tout autre visiteur qui frappera à sa porte : Colbert, le redoutable ministre de Louis XIV. L’affaire « Fouquet » est encore récente. L’ombre de la disgrâce planerait-elle sur le magnifique château de Bonrepos ? Au-dehors, les opposants au projet se déchaînent. La trahison du cartographe Andréossy, proche collaborateur de Riquet, vient ajouter un peu plus au chaos.
Entre Riquet et Colbert, l’affrontement est inéluctable. La découverte des chantiers, la majesté des ouvrages, la beauté de la nature, l’enthousiasme des hommes suffiront-ils à convaincre le ministre de sa bonne foi ? Seule la mer apportera une réponse…

Le ton du film Riquet, le songe de Naurouze est donné. Pierre-Paul Riquet, entrepreneur visionnaire, a imaginé et oeuvré pour la jonction de l'Atlantique et de la Méditerranée. Devenu le Canal du Midi depuis la Révolution, l’ouvrage est aujourd'hui classé au patrimoine mondial de l'Unesco. Le long-métrage, qui a nécessité deux années de travail, est réalisé par le cinéaste toulousain Jean Périssé, avec Bernard Le Coq dans le rôle principal et François Marthouret dans le rôle de Colbert. Dans ce film, dont la sortie est prévue en 2019, le château de Laréole est la résidence principale de Riquet, en lieu et place du château de Bonrepos-Riquet, en raison de leurs nombreuses ressemblances architecturales. Le Conseil départemental, outre la mise à disposition du lieu, soutient le projet à hauteur de 40 000 euros.

« J’ai toujours été attiré par le canal du Midi, explique Jean Périssé. Riquet est un héros mythique aux ambitions insatisfaites, dont l’histoire et la personnalité sont passionnantes. » Un travail de recherche documentaire lui a permis, accompagné de la scénariste Michèle Teysseyre, d’élaborer un scénario dévoilant les rapports qu’entretenaient Riquet et Colbert : « Ils jouaient littéralement au chat et à la souris ! Leurs relations n’étaient pas toujours harmonieuses et les tensions fréquentes », ajoute le réalisateur. Quant au lieu de tournage : « J’ai eu un vrai coup de coeur pour le château de Laréole, qui correspond parfaitement au bourgeois gentilhomme, avec ses quatre tours, ses douves et ses murs d’enceinte. Il représente la moitié du film ! »

Pour Bernard le Coq : « l’aventure était belle » alors il a accepté d’incarner le rôle sans hésitation : « Ce Riquet est incroyable, c’est tout de même gonflé de se lancer dans un tel projet, c’est un engagement considérable ! C’est extraordinaire de jouer un personnage qui vous dépasse. Quel honneur d’incarner cet homme ! »

Riquet, une histoire à filmer

C'est Jean Périssé, réalisateur de cinéma toulousain et Michèle Teyssere écrivaine et scénariste qui ont répondu aux sirènes du Canal du Midi. Tous les 2 sont attachés à l'histoire de Riquet depuis des années et l’intérêt du public pour ce pan de l'histoire n’a jamais failli.