Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page
RETOUR SUR

Session extraordinaire : répondre à l'urgence climatique

Date de publication
Publié le 18 octobre 2022
Temps de lecture : 6 min
Miniature
session - 18 octobre 2022
© Aurélien Ferreira/CD31
Légende

Une session extraordinaire sur la transition écologique s'est tenue le 18 octobre.

Chapeau

Depuis 2015, le Conseil départemental met au cœur de ses politiques publiques et de ses dispositifs la lutte contre le réchauffement climatique et la sauvegarde de la biodiversité. Face à l’urgence de la situation, il souhaite accélérer les mesures amorcées en Haute-Garonne et a convoqué le 18 octobre 2022 une session extraordinaire sur la transition écologique. Zoom sur cette session et les actions votées en assemblée.

Corps v2

Après les mots d’accueil du président Georges Méric, les conseillers départementaux ont assisté à un exposé de Jean-Michel Soubeyroux, directeur adjoint scientifique de la climatologie à Météo France, expert scientifique sur les questions de réchauffement climatique. Jean-Michel Soubeyroux a notamment souligné l'effort pédagogique qui est encore à faire, puisque d'après de récentes enquêtes d'opinion, les Français ont encore une idée assez floue du changement climatique. Il a ainsi repris quelques conclusions du rapport du GIEC pour répondre aux doutes persistants :

  • Les changements climatiques récents sont rapides et sans précédent dans l'histoire.
  • Le réchauffement est uniquement imputable aux activités humaines.
  • Le changement climatique n'est pas une perspective souhaitable et annonce des dérèglements sévères, tant dans les régions humides, de plus en plus humides, que les régions sèches, de plus en plus sèches.

L'expert a rappelé également qu'en Haute-Garonne, la sécheresse des sols avaient été multipliée par trois depuis 1960, et qu'à l’horizon 2050, nous allons continuer à faire face à une forte hausse des températures, des canicules, moins de pluies en été et des épisodes de pluies diluviennes, ainsi qu'un enneigement naturel en forte baisse.


Les représentants éco-délégués du collège Galilée de la Salvetat-Saint-Gilles et du collège Vauquelin à Toulouse ont apporté un peu d'espoir et des idées concrètes

  • pour améliorer les villes : vider les poubelles plus souvent pour éviter les déchets dans la nature, faire des journées de sensibilisation au changement climatique, ramassage de déchets.
  • pour améliorer les collèges : planter des arbres, verdir les cours, installer des panneaux solaires ou toits végétalisés, lutter contre le gaspillage à la cantine, agrandir les garages à vélo, mieux recycler le papier, expérimenter le numérique en accord avec l'écologie.

Des collégiens (et des accompagnateurs) enthousiastes dont l'engagement a été apprécié par les Conseillers départementaux avec qui ils ont pu échanger lors d'une courte pause goûter "sans plastique" a souligné un élève.

Session Extraordinaire Transition Ecologique

Face à l'épisode de sécheresse de cet été, les mesures prises par le Conseil départemental ont permis de garantir au mieux un équilibre entre la préservation des milieux aquatiques, la garantie de l’alimentation en eau potable et les besoins agricoles. Suite à cela, le Comité de concertation Garon’Amont s’est réuni le 10 octobre dernier pour faire le point sur les 22 actions déjà engagées, et d'autres sont en cours :

  • l’expérimentation sur la recharge active des nappes, qui démarre cet hiver dans le canal de Saint-Martory ;
  • une phase expérimentale de 20 ans pour mobiliser de nouveaux volumes d'eau dans les retenues (installations ou ouvrages permettant de stocker de l'eau) du bassin du Touch afin de réduire le prélèvement de la Garonne.

Dans un souci de protection et de préservation, le Département va créer 3 nouvelles stations d'alerte sur les rivières du Tarn et de l'Ariège, pour protéger les usines d’eau potable de Villemur-sur-Tarn, Buzet-sur-Tarn et Calmont.

Enfin, dès l'an prochain le Conseil départemental investira 1,5 M€ pour renouveler les réseaux dans les communes haut-garonnaises pour éviter les fuites d'eau.

Le Conseil départemental agit depuis 2017 pour réduire les pressions humaines qui s’exercent sur la nature, avec une action offensive de protection des espaces naturels, en coopération avec tous les acteurs du territoire.

En juin 2022, la collectivité a adopté son premier programme en faveur de la protection et de la valorisation des arbres et forêts du département. 33 mesures ont été prises dont :

  • + 1000 hectares de forêts en ENS d'ici 2027
  • + 20 km de haies plantées /an
  • la promotion d’une filière du bois locale et durable...

Le Département a également adopté pendant cette session extraordinaire un Plan de prévention et de lutte contre les feux de forêts pour faire face aux canicules tardives dues au dérèglement climatique, ainsi qu'aux comportements humains (mégots de cigarettes, braises de barbecues,...). Ce plan permettra entre autre de porter assistance aux collectivités d'ENS dans la sensibilisation au grand public et soutenir plus largement la sylviculture (entretien, reboisement, etc.) et la voirie forestière suite à la destruction par un feu de forêt.  Il a été co-construit avec le SDIS 31 et les services de l'État.

L'assemblée a adopté ce 18 octobre un plan agroécologie 2022-2027 pour sécuriser une alimentation locale de qualité via des pratiques agroécologiques durables et respectueuses.

Dans un contexte de crise mondiale de l’énergie et d'accélération du réchauffement climatique, le Conseil départemental accélère son plan de développement des mobilités durables pour faire évoluer les pratiques : favoriser le report modal des automobilistes vers le vélo, soutenir le développement des transports en commun et développer le covoiturage.

Le Conseil départemental accélère la rénovation thermique de son parc immobilier et prend de nouvelles mesures de sobriété énergétique, afin de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre et de maîtriser les consommations de la collectivité. En chiffres :

  • objectif -40% de consommation des 280 bâtiments de la collectivité (collèges inclus) d'ici 2030, et -60% d'ici 2050
  • déjà -10% depuis 3 ans grâce à l’outil de télésuivi des consommations Ubigreen
  • 100M€ entre 2023 et 2030 pour la réhabilitation énergétique des bâtiments départementaux
  • + 50 bâtiments équipés de panneaux photovoltaïques d'ici 2030

Connaissez-vous Ecowatt ? C'est un dispositif de « météo de l'électricité » qui informe en temps réel sur le niveau de consommation, pour lequel le Département s'engage.

Le Conseil départemental poursuit et accélère également sa stratégie sur le développement des énergies renouvelables, avec comme projets :

  • création de centrales hydroélectriques
  • développement de parcs solaires
  • développement de projets d’hydroélectricité sur un canal et de projets photovoltaïques flottants...

Le nouveau plan de lutte contre la précarité énergétique, adopté par les élus départementaux à la session extraordinaire du 18 octobre, met en œuvre de nouvelles actions concrètes envers les ménages précaires et modestes pour les deux prochains hivers (2022–2024) :

  • de 15% jusqu'à 75% du coût HT des travaux de rénovation énergétiques sont subventionnés (selon conditions de revenus et gain énergétique)
  • +25% d'aides de la part du Département
  • de 1 000 à 2 000€ d'aide au remplacement des systèmes de chauffage
  • 10 M€ pour la rénovation énergétique des logements sociaux
  • nouvel accompagnement "énergie" dans les MDS...

La collectivité renforce son soutien aux communes à travers notamment la signature de contrats de territoires qui leur permettent de : réaliser des travaux de rénovation pour lutter contre les « passoires thermiques », créer des équipements publics qui répondent aux exigences actuelles de performance énergétique, et favoriser l’essor des mobilités douces (pistes cyclables, installation de bornes électriques,...).

Le Conseil départemental propose également un soutien technique et juridique aux collectivités via son offre en ingénierie : + de 200 experts mobilisés via la plateforme d'appuis aux territoires pour former aux bonnes pratiques dans la transition écologique.