Un logement pour les plus fragiles Publié le
Date de publication
17 octobre 2019

Résidence du Soleil à St-Jean
Résidence du Soleil à St-Jean (Crédits : Christophe Picci)
Chapeau

Le Conseil départemental s’engage pour une politique de l’habitat à l’échelle de la Haute-Garonne. Les élus ont adopté un plan sur six ans visant plus particulièrement les populations les plus fragiles.

Corps

Les élus du Conseil départemental viennent d’adopter un plan d’actions de la politique départementale de l’habitat. « Les dépenses de logement augmentent à tel point que 10 % des ménages les plus modestes y consacrent 42 % de leurs revenus une fois les aides déduites : c’est quatre fois plus que pour les ménages aisés ! », constate Jean-Michel Fabre, vice-président en charge du logement.  Doté d’un budget de plus de 107 millions d’euros, dont 67 millions sur fonds propres, ce plan confirme le rôle joué par le Département dans l’habitat et le logement. Il se décline en cinq grands défis et permettra de produire davantage de logements sociaux, d’aider les plus fragiles et démunis à trouver un toit et à le rénover en améliorant ses performances énergétiques.

Le Conseil départemental donne un cap à suivre pour les six ans à venir. Ce budget de plus de 107 millions d’euros représente un effort important de l’institution, puisqu’il est en augmentation de 25 % par rapport au précédent. Les élus du Conseil départemental ont placé parmi leurs priorités la création d’offres de logement notamment en direction des publics précaires, des personnes handicapées et des seniors ainsi que la rénovation énergétique. Elle permet de réduire la facture de gaz et d’électricité de milliers de foyers tout en agissant sur les émissions de gaz à effet de serre. En favorisant l’implantation de logements pour tous sur l’ensemble du département, ce plan agit également pour l’aménagement du territoire de la Haute-Garonne.

Logements sociaux et très sociaux

Alors que la demande de logements sociaux a explosé au cours des quatre dernières années, elle est passée de 30 000 à 40 000 en Haute-Garonne, et que la pression démographique sur le territoire se poursuit, le Conseil départemental a décidé de renforcer et faire évoluer ses aides à la production de logements locatifs sociaux et très sociaux. Les efforts porteront notamment sur la construction de T1 et T2, des types de logements sous-représentés et très demandés, et la création de logements sociaux dans les centres villes et les centre-bourgs ruraux. Les aides financières pourront aller jusqu’à 28 000 euros par logement, notamment sur des petites opérations en centre bourg.

Publics défavorisés

Ce plan départemental se décline en une vingtaine de mesures notamment en direction des populations les plus précaires, les publics relevant de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), les personnes âgées ou handicapées et les jeunes travailleurs. La priorité du Conseil départemental est de développer des solutions de logement et d’hébergement correspondant à la diversité des situations rencontrées. Ainsi, par exemple, les propriétaires ou les locataires très modestes, en situation de handicap ou âgés, et en perte d’autonomie, occupant des logements inadaptés, pourront bénéficier de subventions pour réaliser des travaux qui leur permettront de rester dans leur domicile.

Rénovation énergétique

Un des autres dossiers prioritaires du Conseil départemental concerne la rénovation énergétique de logements dans le parc privé. 12 % de la population est concernée en Haute-Garonne. Prévu initialement pour 500 logements à rénover par an, le dispositif a finalement été déployé en 2019 sur 1 000 logements, prouvant que la demande et les besoins sont réels. Au-delà de ce plan qui s’étend jusqu’en 2024, le Conseil départemental est partenaire aux côtés de l’État de trois plans départementaux pour le logement de personnes défavorisées ou pour l’accueil des gens du voyage.

Des « résidences autonomie » pour les séniors

Afin de proposer de nouvelles offres de logement adaptées aux besoins des séniors, le Conseil départemental va ouvrir 300 nouvelles places dans quatre résidences autonomie. Réparties sur l’ensemble du territoire, elles seront construites à Blagnac, Auterive, L’Union et Roquettes. Cette nouvelle offre de logements qui s’adresse aux personnes âgées de plus de 60 ans en perte d’autonomie est l’intermédiaire entre un logement classique et une place en EPHAD. Le maître mot de ces résidences est « solidarité ». Disposants d’une salle commune et d’une cafétéria, ces résidences autonomie réservent 20 à 25 % de leurs places aux personnes éligibles aux aides sociales. Certains résidents pourront loger dans des appartements avec un espace cuisine indépendant. Enfin, pour maintenir l’autonomie des habitants, ces résidences sont positionnées à proximité de commerces, d’un cœur de ville ou de village, de moyens de transport en commun ou d’établissements de santé ou sociaux.