Vous êtes ici

Classement des abords du Canal du Midi : Georges Méric reçu au Ministère

Lors de cette rencontre, il a insisté sur la nécessité et la volonté de protéger et de valoriser le Canal du midi

Mardi 8 novembre à 14h30, le président du Conseil départemental, Georges Méric, a participé à la réunion organisée par la ministre Ségolène Royal au Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer avec l'ensemble des élus locaux concernés, au sujet de la procédure de classement des abords du Canal du Midi.

Cette réunion d'information et d'échanges visait à préparer la prochaine Commission Supérieure des Sites, Perspectives et Paysages le 17 novembre, qui doit rendre un avis quant à la procédure de classement des abords du Canal du Midi au titre des sites.

Lors de cette rencontre, Georges Méric a insisté sur la nécessité et la volonté, partagée par les acteurs locaux, de protéger et de valoriser le Canal du midi. "Ce site classé au patrimoine mondial de l'UNESCO est un formidable atout pour le département et un des axes forts de notre politique de développement touristique" a-t-il souligné.
 
Le président du Conseil départemental a cependant rappelé les inquiétudes exprimées par les élus locaux lors de l'enquête publique menée fin 2015, quant à l'absolue nécessité de prendre en compte les perspectives de développement des territoires, notamment la création de nouvelles zones économiques, dans cette démarche de protection, en particulier dans les secteurs d'Escalquens, Montgiscard/Baziège, Villefranche-de-Lauragais et Revel.
"Comme ce fut le cas pour les communes urbaines riveraines du Canal, les communes rurales doivent pouvoir avoir des garanties sur leur possibilité d'aménager de nouveaux espaces. Le classement des abords du Canal ne doit pas geler le développement de ces territoires. Le limiter aux seules activités agricoles afin de préserver le patrimoine paysager, ne saurait être accepté localement" a précisé Georges Méric.

Insistant sur la nécessité de conciler emploi et préservation paysagère, Georges Méric a indiqué que "le Conseil départemental de la Haute-Garonne, les collectivités riveraines et le PETR Pays-Lauragais souhaitent que des zones de développement d'activités soient identifiées et soient exclues de la zone dite "sensible".
"Par ailleurs, il est absolument indispensable que les collectivités locales soient associées à la réflexion et à la rédaction des documents afférents à la protection et à la gestion du Canal du Midi" a-t-il conclu.

Page publiée le 08 novembre 2016 - vérifiée le 08 novembre 2016

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne