Vous êtes ici

CréADE31, un tremplin pour l’emploi

154 emplois créés ou conservés

Au travers de ce dispositif, le Département aide les demandeurs d’emploi installés en dehors de la métropole toulousaine à créer ou reprendre une entreprise. Après deux ans et demi d’existence, la dynamique autour de CréADE31 ne se dément pas.

Au vu des chiffres enregistrés depuis sa création en 2017 – 154 emplois créés ou conservés et 70 entreprises créées ou reprises – le succès du dispositif CréADE 31 est tangible. Pour rappel : son but est d’accorder un prêt à taux zéro (compris entre 2 700 et 9 900 euros) aux demandeurs d’emploi installés en zone rurale ou périurbaine afin de les aider à créer ou reprendre une activité. À ce jour 430 500 euros de pret ont été accordés. « Chaque semaine, nous recevons de nouveaux dossiers en provenance de l’ensemble du territoire, s’enthousiasme Sandrine Floureusses, vice-présidente en charge de l’emploi et de la diversification économique. Ce constat est très positif car on sait qu’il est beaucoup plus difficile de créer son activité au fin fond du Comminges ou du Lauragais qu’au centre de Toulouse. Par ailleurs, nous observons que CréADE a aujourd’hui un effet levier auprès des banques pour nombre de demandeurs d’emploi, dans le sens où un avis favorable de notre comité d’agrément les encourage à accorder leur propre prêt. Autrement dit, sans CréADE, un certain nombre de demandeurs d’emploi n’auraient pas accès à un financement pour réaliser leur projet. »

Un réseau partenarial en expansion

Concernant le profil des bénéficiaires, il s’agit en majorité d’hommes (56 %) – même si depuis début 2009, la tendance s’inverse avec quatre femmes pour trois hommes –, leur âge est compris entre 26 et 59 ans, et ils sont porteurs de projets de création à 70 % (contre 30 % de reprises). Le tout dans des domaines d’activité extrêmement variés : céramiste potier, restaurateur, gérant de magasin bio ou de food truck, esthéticienne, peintre en bâtiment, pâtissier chocolatier, créateur d’une plateforme numérique pour la location d’œuvres d’art, etc. CréADE propose par ailleurs un système de parrainage personnalisé qui vise à mettre en relation les porteurs de projets avec des chefs d’entreprise aguerris, et qui fait lui aussi ses preuves. « Il s’appuie sur un réseau partenarial développé au sein des territoires avec des chefs d’entreprise et/ou des personnes engagées pour l’emploi, actifs ou retraités, qui sont prêts à partager leur expérience, explique Sandrine Floureusses. Et ils sont de plus en plus nombreux à nous rejoindre ! »

 

« L’objectif majeur de CréADE31 est de créer de l’emploi « non délocalisable » afin de redynamiser durablement les territoires les moins favorisés que sont les territoires périurbains, ruraux et de montagne. L’enjeu n’est pas seulement économique, mais aussi social.  »

Sandrine Floureusses, Vice-présidente en charge de l’emploi et de la diversification économique

 

Interview croisée

Carole Navarro, 30 ans, a ouvert la micro-crèche Les Chérubins, à Grenade, en février 2019. Elle est parrainée par Michèle Raymondis, présidente de l’Association des femmes entrepreneurs européennes (AFEE) et vice-présidente d’Initiative Haute-Garonne.

 

Comment vous êtes-vous rencontrées ?

Carole Navarro : J’ai fait appel à CréADE fin 2018 après trois ans de réflexion autour de mon projet. Je suis titulaire d’un BTS en management, mais j’ai toujours voulu travailler avec les enfants et devenir chef d’entreprise. J’ai obtenu le feu vert de CréADE en novembre 2018 pour un prêt de 8 400 euros, puis en février, j’ai rencontré Michèle pour la première fois.

Michèle Raymondis : J’ai intégré le réseau de partenaires CréADE fin 2018. Lorsque j’ai rencontré Carole, le courant est passé tout de suite. Ce feeling est important, car elle va être amenée à me parler sans fard, à me dévoiler ce qui ne va pas. Il faut que la confiance règne.

 

Quel regard portez-vous sur ce parrainage ?

CN : Michèle est de très bon conseil. Elle m’aide à affronter les difficultés et m’alerte sur les points de vigilance à avoir. C’est rassurant de pouvoir s’appuyer sur quelqu’un d’expérience : elle m’apporte une sécurité et une ouverture vers des solutions que je n’aurais pas envisagées.

MR : Je suis là pour aider Carole sur tous les sujets : les relations avec la banque, les ressources humaines, la comptabilité, etc. Quand on a vécu les incidents de parcours d’une société – c’est mon cas – on s’en souvient et on peut aider les autres à rebondir. Carole a la tête sur les épaules et l’énergie pour faire face. C’est un plaisir de l’avoir comme « filleule ».

Page publiée le 11 juillet 2019 - vérifiée le 11 juillet 2019