Vous êtes ici

Gaillac-Toulza : à la rencontre des élus et des forces vives des territoires

Mardi 28 novembre 2017 - Communauté de communes de Lèze-Ariège

Le président du Conseil départemental Georges Méric et plusieurs élus du Département se sont rendus dans la commune de Gaillac-Toulza afin de poursuivre le dialogue avec les acteurs du territoire.

Pour ouvrir cette rencontre-débat, Serge Baurens, président de la Communauté de communes de Lèze-Ariège, a salué l’initiative du Conseil départemental de « dialoguer » avec les territoires. « Ce que nous avons en commun est notre volonté de défendre notre territoire, a-t-il déclaré. La démocratie de proximité passe par la commune, l’intercommunalité, mais aussi le département. Or, mon inquiétude depuis quelques semaines est de voir disparaître cette décentralisation qui a été si longue à mettre en œuvre. » « Sachons ensemble défendre notre département, a-t-il poursuivi, montrer son utilité et surtout apprécier ses démarches de démocratie. »
 
 
Georges Méric a ensuite rappelé la volonté « d’innovation, de progrès, d’efficacité et de réflexion sur l’avenir », qui guide depuis trente mois l’action du Conseil départemental. Il a également souligné la « maîtrise du budget de fonctionnement et l’augmentation du budget d’investissement » : « En 2017-2018, nous passons de 170 M€ à 205 M€ », a-t-il rappelé. « Un investissement synonyme de charges de travail pour les entreprises locales et par là, de créations d’emploi in situ ». Le président a enfin indiqué que « les impôts n’ont pas augmenté depuis 2015 et n’augmenteront pas non plus en 2018. »

Le Département, outil de redistribution des richesses

« Parmi les éléments qui fixent le cap », Maryse Vézat-Baronia, vice-présidente du Conseil départemental a ensuite noté « la volonté d’avoir un aménagement équilibré du territoire, et pour cela, de faire du Département un outil de redistribution des richesses, avec pour objectif de permettre aux élus de construire et/ou réhabiliter des infrastructures (écoles, services culturels et sportifs). » Quelques exemples ont été cités : « La construction d’un restaurant scolaire à Venerque, deux opérations de réhabilitation et extension d’école à Miremont, des projets à Puydaniel, Cintegabelle, Auterive, Beaumont. » L’élue a également rappelé le soutien aux acteurs associatifs via, par exemple, « les salles des fêtes de Gaillac-Toulza, Mauressac ou Lagrâce-Dieu. »
 
 
L’élue s’est par ailleurs exprimée sur le potentiel historique du département « auquel on ne pense pas spontanément ». « 560 places d’hébergement sont disponibles sur ce territoire », a-t-elle rappelé, citant également un certain nombre de lieux et rendez-vous culturels : « La fondation Pous, le festival Musiques au pluriel de Cintegabelle ou le festival de rue de Miremont. » Enfin, la vice-présidente a vivement encouragé les élus à faire appel à l’ingénierie territoriale, « aujourd’hui plus simple d’accès via une plus grande coordination des services départementaux ».

Des problématiques de mobilité à l’étude

Bernard Lagarde, conseiller municipal à Cintegabelle a ensuite interpellé Georges Méric sur deux sujets qui, a-t-il estimé « pénalisent le développement économique de notre territoire et de Cintegabelle » : « La traverse difficile d’Auterive » et « les problèmes de régularité du trafic ferroviaire sur le territoire, qui découragent beaucoup d’usagers d’utiliser ce moyen de transport » (« même si le Département n’est pas compétent en transport ferroviaire », a-t-il précisé).
 
 
En réponse, Georges Méric a rappelé que « la mobilité est un point fondamental, un des enjeux majeurs de demain. » A propos de la traverse d’Auterive, il a indiqué que « la route s’est arrêtée brutalement car certains crédits d’État se sont arrêtés. » « La volonté du Département est de poursuivre cette route », a-t-il néanmoins précisé : « Des réserves foncières ont été faites, un projet est à l’étude, même si les travaux ne sont pas, pour l’instant, programmés ». En ce qui concerne les transports ferroviaires, Georges Méric a rappelé « l’investissement majeur qui a été fait par la Région depuis quinze ans » : « Elle poursuit son effort, malgré un débat assez difficile entre Carole Delga et la Sncf à ce sujet », estimant que l’on peut escompter «  une amélioration sur la régularité des trains dans les mois et les années à venir. »

Numérique, des solutions dès 2018

« Aujourd’hui, les élus sont régulièrement interpelés par les acteurs économiques et les habitants car tout le monde a besoin du Très Haut Débit sur tout le territoire », a ensuite remarqué Sébastien Vincini, élu du Conseil départemental. Une problématique à laquelle ni l’État, ni les opérateurs privés ne répondent et que le Département a décidé de prendre à bras-le-corps, via un projet ambitieux de déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire. « 265 000 postes doivent bénéficier d’un branchement, en dehors des zones très urbaines, a précisé l’élu. Les premiers travaux démarreront début 2019 et 75 % des branchements seront effectifs d’ici 2021. »
 
 
Mais en attendant, des solutions interviendront dès 2018 avec des chantiers de montée en débit DSL permettant une amélioration du débit : un site sera mis en service avant fin 2018, à Mauressac, et des stations radio 4 G fixe (technologie « sans fil », permettant un débit de 30Mb/s) seront ouvertes avant fin 2018 : à Beaumont-sur-Lèze (mars 2018), à Gaillac-Toulza (février 2018) et à Aureville (située sur le territoire de la communauté d’agglomération du Sicoval, cette antenne améliorera significativement le débit à Le Vernet et Venerque).

La gestion de l’eau, une question centrale

Jean-Michel Fabre, chargé du développement durable au sein du Conseil départemental, a ensuite présenté le plan de 150 M€ prévu par le Département pour soutenir sa politique environnementale. « Un travail au quotidien avec tous les élus et en lien avec les territoires, a-t-il rappelé. Car le développement durable passe par des réalisations locales. »
 
 
Les six priorités qui articulent ce plan ont ensuite été évoquées : être une collectivité exemplaire et éducatrice, travailler sur toutes les questions de préservation des espaces naturels et de biodiversité, développer les voies vertes cyclables et les sentiers de randonnée, soutenir une agriculture qui préserve l’environnement, mieux gérer l’énergie et travailler sur la gestion de l’eau, en particulier la préservation de la ressource.
Jean-Luc Lorrain, maire-adjoint de la commune de Grazac a alors interpellé l’élu : « On entend dire que demain, des barrages seront vendus à des groupes privés, qu’en est-il ? ». Question à laquelle Jean-Michel Fabre a répondu sans équivoque : « Dans le débat sur le renouvellement des concessions, nous faisons partie de ceux qui disent que ces barrages qui ont été construits par un opérateur public - EDF était, à l’époque un opérateur public - doivent rester un bien public. »
 
Chiffres clés
20 M€ du Département investis en 2016 pour soutenir la communauté de communes
10,1 M€ pour la solidarité départementale
4,7 M€ pour le développement des territoires
1,5 M€ pour l'éducation 
1,1 M€ pour la sécurité
859 454 € pour le secteur enfance et jeunesse
1 M€  pour le logement
373 653 M€ pour le tourisme, le sport et la culture
266 157 € pour la protection de l'environnement

Page publiée le 01 décembre 2017 - vérifiée le 18 novembre 2017

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne