Vous êtes ici

Garonne : lancement d’une étude sur la gestion de l'eau

Une nouvelle démarche de gouvernance du grand cycle de l’eau à l’échelle du bassin de la Garonne

Face aux évolutions réglementaires, les six collectivités membres du SMEAG, Syndicat mixte d’études et d’aménagement de la Garonne, ont décidé de porter une réflexion collégiale sur la gouvernance du grand cycle de l'eau à l'échelle du grand bassin de la Garonne. C'est le Département de la Haute-Garonne qui coordonne cette étude. 

Cette étude, coordonnée par le Conseil départemental de la Haute-Garonne, a pour objectif de définir, fin 2017, la structuration la plus pertinente pour la gestion de l’eau à l’échelle du grand bassin de la Garonne. Le 9 décembre 2016, un appel d’offres du marché de l’étude a été lancé, avec une date limite de remise des offres fixée au 24 janvier 2017. L'Agence de l'eau Adour-Garonne sera en grande partie financeur de cette étude. La prochaine étape consistera à questionner tous les acteurs de l’eau du territoire sur leurs attentes en matière de la structuration du syndicat et de sa gouvernance.

Face aux évolutions réglementaires, les six collectivités membres du SMEAG, Syndicat mixte d’études et d’aménagement de la Garonne, ont décidé de porter cette réflexion collégiale sur la gouvernance du bassin Garonne, Ariège et rivières de Gascogne, relative au « grand cycle de l’eau ». Cette étude couvre le bassin versant de la Garonne et de l'Ariège, ainsi ses affluents de la rive gauche.

Gestion collective de l'eau

Les quatre départements (Haute-Garonne, Tarn-et-Garonne, Lot-et-Garonne, Gironde) et les deux régions (Occitanie et Nouvelle Aquitaine) traversés par la Garonne se sont regroupés depuis 1983 au sein du SMEAG, pour contribuer à la gestion de ce fleuve. Les objectifs : préserver les ressources naturelles et garantir la cohérence et la solidarité des actions.

En été, notamment, le syndicat coordonne des lâchers d’eau, à partir de barrages pyrénéens, pour maintenir le débit de la Garonne et permettre la satisfaction de tous les usages (eau potable, irrigation agricole, industrie, écosystèmes aquatiques…). Face à la pénurie d’eau de l’été dernier, qui se poursuit cet hiver, l’importance de ces lâchers n’est plus à démontrer.

Les collectivités membres du groupement de commande de l'étude (source SMEAG)

Page publiée le 04 janvier 2017 - vérifiée le 04 janvier 2017

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne