Vous êtes ici

À Grenade, un collège sans racisme

Lutte contre les discriminations

Un label du « vivre ensemble ». C’est ce qui lie désormais les élèves et la communauté éducative du collège Grand Selve, à Grenade, qui se sont engagés dans une démarche inédite de lutte contre les discriminations. Une première dans le sud-ouest de la France.

« Je suis sourd. Je suis musulman. Je suis une fille. Je suis noir. Je suis homosexuel (…). Nous sommes égaux. » Le panneau affiché à l’entrée du collège Grand Selve de Grenade donne le ton. Dans cet établissement, les quelque 700 élèves, les enseignants et les personnels techniques et administratifs se sont engagés dans une démarche singulière qui a débouché il y  a un an sur l’obtention du label École sans racisme. Orchestré par la fédération Léo Lagrange, ce projet consiste à recueillir les signatures d’au moins 70% de la communauté scolaire à un appel à l’ouverture et au respect des différences. « Notre objectif est simple : il s’agit de favoriser le vivre ensemble, et ainsi diminuer les problèmes de harcèlement entre les élèves », indique Gérard Laguille, principal du collège.

Une démarche au long cours

Souhaitant anticiper l’ouverture d’une ULIS (Unités localisées pour l’inclusion scolaire) à la rentrée 2017, qui permet de scolariser des élèves en situation de handicap, l’établissement s’est lancé dès 2016 dans une démarche de lutte contre les discriminations. « Nous avons formé une trentaine d’élèves afin qu’ils sensibilisent leurs camarades à signer la charte en vue de la labellisation du collège, et avons mis en place des actions spécifiques dans le cadre du Parcours laïque et citoyen du Conseil départemental », explique Yannick Seguignes, responsable du pôle Engagement à Léo Lagrange, qui a accompagné le projet. Un an et demi plus tard, après avoir organisé de nombreuses campagnes d’information, les collégiens ont relevé le défi avec brio et l’établissement a pu recevoir le précieux titre d’École sans racisme. Une cérémonie officielle s’est tenue en mars 2018, à l’occasion de laquelle les élèves ont réalisé une photo symbolique dans une esperluette, en présence des parrains du projet, le rugbyman David Roumieu et le graffeur Sike. Ce dernier a d’ailleurs réalisé un graffiti coloré dans la cour du collège sur le thème du vivre ensemble.

De nombreuses actions concrètes

« Ce travail sur les différences est aujourd’hui inscrit dans notre projet d’établissement et nous mettons en place de nombreuses actions autour de cette thématique », ajoute le principal. Un Conseil de vie collégienne a ainsi été créé l’an dernier, une édition spéciale du journal des élèves a été consacrée au harcèlement et des journées à thèmes sont organisées par les Conseillères principales d’éducation (CPE). « Fin décembre, nous avons proposé une journée « chic et sans insultes » où tout le monde est venu en tenue de soirée et avons organisé un concours de politesse, raconte Stéphanie Ceschin, une des deux CPE du collège. En avril, nous organisons un voyage citoyen pour les 3è à Oradour-sur-Glane puis au mémorial de la Shoah à Paris. Nous avons même sollicité le président de la République pour aller visiter l’Élysée ! »

Une prise de conscience

Le 21 mars prochain, pour fêter l’anniversaire de la labellisation, le collège prévoit une nouvelle cérémonie où les élèves seront invités à chanter le titre Je suis de Big Flo et Oli, et où des débats autour du vivre ensemble seront proposés. Pour certains élèves, ce label est vécu comme une chance. « Ça donne une meilleure image de notre collège », estime Elisa, en 4ème. « On se sent davantage en sécurité », estime pour sa part Bilquice, en 6ème. Alors bien sûr, les insultes et discriminations de toutes formes n’ont pas cessé du jour au lendemain dans cet établissement, mais il semblerait qu’une prise de conscience soit en marche. « Si tout le monde taquine tout le monde, au bout d’un moment, ça ne fait plus rire, commente Nino, en 4ème. Et ça peut même avoir des conséquences sur les personnes qui se font harceler. » Reste à convaincre les autres…  

 

Le Conseil départemental lance la démarche en Haute-Garonne

À l’occasion des Rencontres pour l’égalité, le Conseil départemental a invité les collèges de la Haute-Garonne à s’engager dans la démarche d’obtention du label européen École sans racisme. Pour se faire, les principaux établissements pourront signer une charte d’engagement, et ainsi s’inscrire dans le réseau des Collèges sans racisme. Dans le cadre de la semaine nationale de la lutte contre l’antisémitisme et le racisme et des Rencontres pour l’égalité du Conseil départemental, Elisabeth Laporte, directrice académique des services départementaux de l’Éducation nationale de la Haute-Garonne, Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne et Michel Joli, président de l’association Léo Lagrange Sud-Ouest, signeront la charte "Mon collège est une école sans racisme" lors d'une cérémonie officielle de lancement de la démarche Mon collège est une École sans racisme.

 

 

Page publiée le 21 mars 2019 - vérifiée le 21 mars 2019