Vous êtes ici

Handicap, le Département adopte une feuille de route ambitieuse

Colloque "Handicap et égalité un défi à relever" le 6 décembre

Le 6 décembre, à l'occasion de la journée du handicap, le Département organisait un colloque sur le thème "Handicap et égalité un défi à relever".  L'occasion de faire le point sur les projets qui favorisent  une société plus inclusive en Haute-Garonne et notamment le schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap. 

 

Chef de file de la politique de solidarité en faveur des personnes handicapées, le Conseil départemental confirme sa politique volontariste pour les cinq ans à venir, via une série de mesures fortes et concrètes. Son ambition : contribuer à bâtir une société inclusive. Considérer la personne, ses besoins, ses projets pour ensuite lui proposer les aides et les réponses adaptées. Lui permettre, aussi, de prendre une place pleine et entière dans la vie de la cité. Telle est la philosophie qui préside au Schéma départemental en faveur des personnes en situation de handicap adopté fin 2018. Fruit d’un dialogue citoyen d’une année complète avec les habitants, les associations et les institutions partenaires du Département, ce document concerne aussi bien la scolarisation, l’intégration sociale et professionnelle, l’accessibilité aux transports et aux bâtiments publics que l’accès aux loisirs et à la culture. « Un combat qui demeure plus que jamais un enjeu démocratique et citoyen », comme l’a souligné Georges Méric, président du Conseil département, à l’occasion d’une table ronde, le 6 décembre dernier, dans le cadre de la Journée mondiale du handicap, autour du thème « handicap et égalité ».

Mieux adapter, mieux accompagner

Concrètement, 30 actions opérationnelles ont été définies autour de trois axes stratégiques. Le premier concerne l’adaptation de la société au handicap, avec, par exemple, le développement de l’habitat inclusif ou le renouvellement du service gratuit Téléassistance 31, qui vise à favoriser le maintien à domicile. On peut citer également la mise en accessibilité du réseau de cars interurbains liO Arc-en-Ciel. Le deuxième axe vise à simplifier et fluidifier les parcours des personnes et de leurs aidants, afin de faciliter l’accès aux droits des personnes et de leurs aidants : il s’illustre notamment par le passage de 23 à 30 Maisons des solidarités pour plus de proximité sur le territoire. Le troisième axe est dédié au soutien des acteurs de l’offre sociale, médico-sociale et sanitaire pour un meilleur accompagnement des personnes. En favorisant, par exemple, une meilleure coordination des acteurs.

Un budget en augmentation

Cette politique volontariste se traduit par ailleurs par une augmentation des moyens. Ainsi, en 2019, plus de 192 millions d’euros, soit 25 % des dépenses sociales, ont été dédiées aux personnes en situation de handicap. Ces budgets en hausse permettent de financer entre autres, la Prestation de compensation du handicap (PCH) à hauteur de 62,3 millions d’euros en 2019, pour près de 10 000 bénéficiaires, soit une augmentation de 8 % par rapport à 2018. Par ailleurs, le Fonds départemental de compensation (FDC) accorde des aides financières aux personnes en situation de handicap pour faire face aux frais restant à leur charge, au-dessus de 100 euros.

 

 

Reportage

Alain Gabrieli, vice-président en charge de l’action sociale handicap

« Aujourd’hui, l’enjeu principal des politiques publiques en matière de handicap est d’adapter l’environnement aux personnes (et non l’inverse). Grâce aux efforts engagés depuis déjà plusieurs années par le Conseil départemental, la Haute-Garonne a parcouru un chemin remarquable pour faire évoluer le quotidien des personnes en situation de handicap ; en termes de mobilité, d’accès à la culture, etc. Le travail considérable réalisé par les MDPH a également permis à nombre de personnes de se bâtir un avenir social et professionnel en phase avec leur projet. Nous allons poursuivre dans cette voie. »

 

Christèle Cammas, directrice générale de l’association Résilience Occitanie

« En tant que professionnels qui recevons du public en situation de handicap, nous avons un rôle à jouer, aux côtés des institutions, pour relever le défi de l’inclusion. Car une inclusion réussie se prépare et s’accompagne, c’est pourquoi il est important de mettre les personnes en situation d’expérimentation et d’apprentissage. Comment ? En proposant des modalités d’accueil et de service suffisamment souples et variés pour répondre aux besoins des personnes, en fonction de leur degré d’autonomie. Voilà ce à quoi nous nous employons. »

 

 

 

Francette Descine, bénévole au sein de l’Association française contre les myopathies (AFM)

« Je suis membre du Conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie (CDCA) et de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (Cdaph). Je suis aussi maman d’une fille lourdement handicapée, qui, grâce à l’accompagnement de la MDPH, dont le Conseil départemental est le principal financeur, vit chez elle en autonomie. Pour avoir sillonné la France, à la faveur de ma mission auprès de l’AFM, je sais que l’accompagnement n’est pas le même sur tous les territoires. Ici, nous sommes écoutés et entendus. »

 

 

Magali Fouillen, directrice de l’association La vie est belle, à Saint-Sulpice-sur-Lèze

« Lorsque notre structure d’aide à domicile a développé la prise en charge des personnes en situation de handicap, notre volonté était claire : œuvrer pour une société inclusive. Pour cela, il nous semble important de soutenir une prise en charge séquentielle (où les acteurs et les dispositifs se relaient) tout en garantissant aux personnes de rester maîtresses de leur parcours. Cela suppose de mieux coordonner le travail des différents acteurs du champ du handicap afin de porter un projet d’accompagnement commun. Dans ce cadre, le Département est un bon partenaire. »

Page publiée le 16 décembre 2019 - vérifiée le 16 décembre 2019