Vous êtes ici

Interview de Mathieu Solle, Président de la Fédération départementale 31 des CUMA

Quel regard sur les CUMA ?

Interview du Président de la Fédération départementale des CUMA (Coopérative de matériel agricole) de la Haute-Garonne pour mieux connaître son regard mais aussi le rôle de la Fédération, notamment vis à vis des collectivités locales.

Quel regard portez-vous sur les CUMA de Haute-Garonne ?

J’y porte un œil bienveillant mélangeant professionnalisme et mutualisme dans le respect des valeurs du territoire, en adéquation avec les contraintes économiques.

La bonne situation financière des CUMA dans le département est un élément très positif, qui témoigne de la pertinence et de l’intérêt d’un investissement collectif. Une démarche quasi nécessaire pour les jeunes qui s’installent. J’ajouterais que l’un des grands avantages de la Haute-Garonne est que tous les secteurs, à travers le réseau CUMA, sont représentés, de la viticulture à l’élevage en passant par les grandes cultures, les cultures spécialisées, les ateliers de transformation, etc. Cette diversité représente une véritable richesse et cela nous permet pratiquement de toucher les deux tiers des agriculteurs du département.

Quels rôles pour la fédération?

Le maintien de l’emploi agricole représente l’un des enjeux majeurs.

Dans cette perspective, la fédération doit s’attacher à soutenir tous les projets, sans exception.

Nous avons évoqué les évolutions auxquelles se trouvent confrontées les CUMA et dans lesquelles elles sont amenées à jouer un rôle clé, en termes d’équipement, de démarche collective. La fédération doit soutenir ces dynamiques.

La proposition doit venir de la base, du terrain, mais le rôle d’appui que doit jouer la fédération reste primordial.

Enfin, de manière plus générale, on ne quantifie pas le rôle d’animation de la fédération, mais il est tout à fait essentiel à deux niveaux :

  • pour favoriser l’émergence des idées,
  • en matière de gestion des conflits, et de régulation, quand cela s’avère nécessaire.

La fédération départementale doit rester à l’écoute du terrain afin de répondre toujours efficacement aux besoins exprimés. Elle est l'interlocuteur privilégié.

Quelles en sont les dernières évolutions ?

Le partenariat avec les collectivités locales peut notamment concerner l’entretien et la valorisation du territoire.

Les CUMA ne doivent se fermer à aucun débouché potentiel. Je pense par exemple, en aval de la production, à la création d’ateliers de transformation, à la mise en place de circuits de commercialisation, etc.

Mais les CUMA doivent aussi demeurer, comme elles l’ont toujours été, à la pointe des réflexions et des évolutions en matière technique, de pratiques culturales.

L’emploi au sein des Cuma représente un autre sujet majeur. Le service complet mérite d’être développé, mais à condition que la demande vienne de la base et que l’évolution législative favorise l’emploi de groupe. Quant à la fusion des CUMA, cela me paraît inévitable pour un certain nombre, si l’on prend en compte la diminution du nombre d’agriculteurs et l’évolution de la pyramide des âges. C’est une question de temps. Et l’on ne peut exclure le fait que des fédérations soient elles-mêmes amenées à terme à fusionner.

Nos CUMA locales sont en évolution démographique et économique. Elles sont un outil indéniable pour garder une efficacité sur nos fermes, mais elles ont aussi un rôle non quantifiable, à savoir l’effet social du groupe qui permet de mieux faire face aux crises successives.

L’action syndicale menée par la Fédération a permis d’aboutir à plusieurs évolutions avec nos partenaires qui sont le Crédit Agricole et Groupama. Deux conventions ont été signées cette année permettant de renforcer nos liens tout en garantissant l’aspect mutualiste de notre mouvement.

Le Conseil Départemental de la Haute-Garonne prouve jour après jour son soutien humain et financier pour l’agriculture départementale.

L’évolution de l’agriculture nous fournit de nombreuses perspectives d’avenir tant en agro-écologie, que dans le développement de nouvelles pratiques. Les CUMA s’adapteront, elles l’ont prouvé dans le passé et nous le prouvent encore aujourd’hui tant qu’il y aura assez d’agriculteurs désirant évoluer en groupe.

A propos de l’aide à l’acquisition de matériel agricole par les CUMA

L’utilisation collective de matériel agricole représente un intérêt économique crucial. Il permet aux exploitations agricoles du département de développer et moderniser leur mécanisation tout en maîtrisant leurs charges mais également de gagner en performance et en confort.

Par ailleurs, les CUMA renforcent le lien social en favorisant les échanges et l’entraide entre les agriculteurs.

En conséquence, le Conseil départemental de la Haute-Garonne apporte son soutien financier aux CUMA grâce à son aide aux acquisitions de matériel agricole collectif.

Plus d'informations sur le guide des subventions (page 45) et dans le guide des aides.

L'aide peut être demandée sur le site subventions.haute-garonne.fr

Page publiée le 10 janvier 2019 - vérifiée le 10 janvier 2019