Vous êtes ici

Léguevin : à la rencontre des élus et des forces vives des territoires

8 décembre 2017 - Communauté de communes de la Save au Touch

Ce vendredi 8 décembre, Georges Méric et les élus du département se sont rendus à Léguevin dans le cadre des rencontres avec les forces vives du département. Une soixantaine de personnes étaient présentes au collège Forain François Verdier, pour prendre la mesure de l’action du Conseil départemental et échanger avec les élus.

Réunion Save au Touch

Le président du Conseil départemental, Georges Méric, était accompagné de plusieurs élus qui ont été sollicités sur 3 thématiques spécifiques : Maryse Vézat-Baronia pour l’aménagement du territoire et le numérique, et Jean-Michel Fabre pour la transition écologique. Étaient également présents Véronique Volto, conseillère départementale du canton de Léguevin, Marie-Claude Leclerc et Jérôme Buisson, les conseillers départementaux du canton de Plaisance-du-Touch, ainsi que bien entendu Louis Escoula, le président de la communauté de communes de la Save au Touch.

 

Louis Escola

 

« Cela me fait drôle d’être dans ce collège ce soir avec Georges Méric, nous qui l’avons inauguré il y a quelques années maintenant, a commencé ce dernier. C'est quelqu'un que je connais bien, il a la pugnacité nécessaire pour diriger le Conseil départemental. Il a des convictions chevillées au corps, mais avec le sens du dialogue et de l’écoute ». Des mots appréciés par le président Méric, qui depuis 30 mois fait en sorte de « dépoussiérer l’image de l’ancien Conseil général pour le transformer en Conseil départemental, plus dynamique, plus pragmatique, plus efficient. Et cela passe notamment par le dialogue avec les citoyens, raison pour laquelle nous vous avons conviés ce soir ».

 

L’aménagement du territoire…

 

« Notre volonté, c'est que nos investissements participent à un aménagement équilibré de tous les territoires, a affirmé Maryse Vézat-Baronia. Pour ce faire, nous avons mis en place les contrats de territoire. Notre souhait, c'est que quelque soit l'endroit où on habite en Haute-Garonne on puisse bénéficier des mêmes services et des mêmes infrastructures ». Et bien souvent, ces investissements permettent au tissu économique in situ de se développer, les travaux étant réalisés par des entreprises locales. En 2017, 570 320 € d’investissement sont prévus sur le territoire de la Save au Touch.

 

Maryse Vézat-Baronia

 

« Nous avons également tenu compte d'une autre vérité, celle des projets qui pourraient être des leviers de développement local mais qui ne rentrent pas dans les cases de financement du Conseil départemental. C’est pourquoi nous avons mis en place le dispositif carte blanche, qui permet à tous, communes, associations ou privés, d’êtres accompagnés par nos services ». Un dispositif qui a trouvé une oreille attentive dans l’assistance : Sandy Lecointre, qui a un projet sur Plaisance-du-Touch, « une structure composée de plusieurs éléments, une crèche multi accueil, une quinzaine de professions libérales autour de l'enfance pour accompagner les familles, une école passerelle pour les enfants aux besoins spécifiques, et une ludothèque dans un seul bâtiment ». Il sera reçu au début de l’année prochaine au Conseil départemental, et vraisemblablement accompagné dans son projet.

 

 

va de paire avec le développement du numérique

 

S'il y a une fracture territoriale, c'est bien la fracture numérique. Il y a eu la volonté de la part du département de construire Haute-Garonne Numérique pour pouvoir amener la fibre le plus rapidement possible à tous les habitants. Cela concerne 500 communes pour 500 000 habitants, avec un budget global de 500 M€. L'opérateur chargé du déploiement de la fibre sera connu début 2018, « et on va aller au-delà de ce qui était prévu au niveau de la couverture et au niveau des délais. Les opérateurs se battent pour être retenus pour ce marché » affirme Maryse Vézat-Baronia. Le calendrier précis du déploiement de la fibre sera connu en juin prochain. Et en attendant, dans l'immédiat, Haute-Garonne Numérique déploie des technologies de transition pour parfaire la couverture en haut débit du département.

 

La transition écologique, un projet transversal

 

« C’est un grand plan, à retrouver en intégralité sur le site du Conseil départemental, qui commence par beaucoup de petites actions, a expliqué Jean-Michel Fabre. Si on arrive à faire en sorte que 20 % des gens qui viennent travailler à Toulouse fassent du télétravail un jour par semaine, on aurait presque réglé le problème des bouchons sur la rocade. Tout va de paire, le numérique, l'aménagement du territoire et la transition écologique. Et c'est un projet complexe qui concerne tout le monde, institutions, entreprises et particuliers ». Tout le monde doit s'y mettre et le Conseil départemental tâche de montrer l'exemple, dans tous ses domaines d'action.

 

Marie-Claude Leclerc

 

En conclusion, Marie-Claude Leclerc a salué une dernière fois le travail du Conseil départemental qui « fait beaucoup pour l'éducation, et ce ne sont pas que des mots. Merci pour cette initiative qui permet à tous de réviser tout ce que fait le Conseil départemental ». Et le président de conclure la soirée en citant Samuel Johnson : « Les grandes œuvres jaillissent non de la force, mais de la persévérance ».

 

Chiffres clés

17 M€ du Département investis en 2016 pour soutenir la communauté de communes

 

 

  • 9 518 889 € pour la solidarité départementale
  • 244 475 € pour l’enfance et la jeunesse
  • 1 674 873 € pour l’éducation
  • 1 376 006 € pour le logement
  • 2 327 929 € pour le développement des territoires
  • 266 308 € pour le tourisme, le sport et la culture
  • 241 418 € pour la protection de l’environnement
  • 1 409 935 € pour la sécurité

 

Photos : Rémy Gabalda

Page publiée le 09 décembre 2017 - vérifiée le 13 décembre 2017