LGV : déclaration commune après la décision du tribunal administratif

Georges Méric s’associe à Carole Delga et à Jean-Luc Moudenc après l’annulation de la DUP des aménagements ferroviaires de la LGV Bordeaux-Toulouse

Carole Delga (Région Occitanie), Jean-Luc Moudenc (Toulouse Métropole) et Georges Méric (Conseil départemental de la Haute-Garonne) publient une déclaration commune dans laquelle ils annoncent leur intention de faire appel, après l'annulation par le Tribunal administratif, de la DUP des aménagements ferroviaires au Sud de Bordeaux.

« Le Tribunal Administratif de Bordeaux vient de prononcer l'annulation de l'arrêté du Préfet de la Gironde du 25 novembre 2015 portant déclaration d'utilité publique des aménagements ferroviaires au sud de Bordeaux. Il s'agit de l'un des tronçons de la future Ligne ferroviaire à Grande Vitesse Bordeaux-Toulouse.
 En premier lieu, nous souhaitons qu'un appel soit formé contre ce jugement qui nous semble mal fondé.
En effet, pour l'essentiel, cette décision repose sur l'absence de solidité financière du projet. Or, un comité des financeurs a été lancé il y a un an, auquel participent les collectivités locales de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie concernées par le projet. Par ailleurs, une étude sur les modes de financement innovants devrait rendre ses conclusions prochainement. Elle permettra de proposer plusieurs modèles de financement. 
Ainsi, le motif d'annulation devrait ne plus avoir de raison d'être, à terme. 
 
En second lieu, Toulouse Métropole, le Département de la Haute Garonne et le Conseil Régional d'Occitanie/Pyrénées-Méditerranée rappellent que, depuis de nombreuses années, elles alertent les gouvernements successifs sur la nécessité impérieuse d'avancer vite sur l'élaboration d'un plan de financement.
Nos territoires réclament également d'ouvrir la voie à des financements spécifiques et stables, comme cela a pu être réalisé en Île de France. Pour rappel, la LGV BordeauxToulouse nécessite un investissement de 7 milliards d'euros tandis que le Grand Paris Express coûte près de 25 milliards d'euros.
 
Quatre ans après le rapport dit "Duron" qui indiquait que la première LGV prioritaire de France était la ligne Bordeaux-Toulouse, l'Etat doit donc prendre ses responsabilités.
Cette ligne est essentielle pour le développement de la 4e ville de France et la région la plus attractive de ce pays. Il n'est pas acceptable que près de 4 millions de nos concitoyens soient privés de ligne à grande vitesse et restent à près de cinq heures de Paris.

Conformément à l'engagement de campagne d'Emmanuel MACRON, il est indispensable que le gouvernement avance, désormais, rapidement sur ce plan de financement pour aboutir à une solution définitive.
 
Assez de temps perdu ! Avançons pour l'égalité de nos territoires et des concitoyens ! ».
 
Carole Delga
Présidente de la région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée
 
Georges Méric
Président du Conseil départemental de la Haute-Garonne
 
Jean-Luc Moudenc
Président de Toulouse Métropole

Page publiée le 29 juin 2017 - vérifiée le 29 juin 2017

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne