Vous êtes ici

Mon département plus proche de moi à Escalquens

Compte-rendu des échanges du 1er décembre

Cette réunion publique d’information et d’échanges s'est tenue à Escalquens, le 1er décembre 2016 de 18:30 à 20:30. Voici le compte rendu des échanges.

La réunion était présidée par Georges Méric, Président du Conseil départemental et Émilienne Poumirol, Conseillère départementale du canton d’Escalquens. Elle a réuni une cinquantaine de participants.

Intervenants :

Bertrand Looses, Directeur général des services du Conseil départemental,
Michel Durand, Directeur adjoint de l’Ingénierie et du Pilotage des Solidarités du Conseil départemental,
Mehdi Hazgui, animateur, AMO (Assistance à Maitrise d’Ouvrage) Dialogue citoyen (Ecologie urbaine et CRP Consulting).

La réunion a permis de présenter les compétences et les actions du Conseil départemental (voir diaporama de présentation joint) et d’échanger avec les Haut-Garonnais.

Le présent compte-rendu restitue le contenu des échanges avec les participants.

Aménagement du territoire 

Un participant, maire adjoint de la commune de Lauzerville, se demande pourquoi les signalétiques « conseil général » existent encore et insiste sur la nécessité d’avoir des informations précises concernant le déploiement du Schéma départemental d’aménagement numérique (SDAN). En effet, c’est une réelle préoccupation des habitants, qui sollicitent régulièrement les élus locaux sur ce sujet.
Par ailleurs, il félicite le Conseil départemental pour la mise en place des contrats de territoire qui sont, pour les communes, des outils très puissants et pertinents à la fois pour les élus et les citoyens. Ils permettent, en effet, de sécuriser les budgets communaux et de répondre aux préoccupations de la population à long terme.

Réponse – Georges Méric et Emilienne Poumirol : Il y aura encore des panneaux « conseil général » pendant quelques temps car ce n’est pas une priorité d’investissement de l’institution.

Concernant le déploiement du numérique sur le département, le Conseil départemental enverra à l’ensemble des communes du département le planning et le plan d’action du SDAN. Plus précisément, la commune de Lauzerville sera desservie en DSL en 2017. Par ailleurs, nous avons créer des Commissions territoriales au sein du Syndicat Mixte en charge du SDAN qui vont permettre de travailler avec l’ensemble des communes.

Enfin, la démarche des contrats de territoire connait effectivement un vrai succès, grâce notamment au travail de l’administration et des deux élues en charge de ce dossier : Emilienne Poumirol et Maryse Vézat-Baronia. La dernière Commission Permanente se tiendra le 15 décembre prochain. L’année 2016 nous aura permis d’apurer et de financer tous les dossiers en cours.

L’économie circulaire

Un participant, agent au SICOVAL sur la problématique « 0 déchet » demande s’il est prévu de sensibiliser les collégiens au gaspillage alimentaire (réflexion sur les portions, la diversité et la qualité des produits…) et si le Département a une stratégie en matière de développement de l’économie circulaire.

Réponse – Georges Méric et Bertrand Looses : Il existe déjà des actions de sensibilisation dans les collèges, comme par exemple l’inscription, sur tous les plateaux repas des collégiens, de recommandations alimentaires. Le Conseil départemental des Collégiens est également très actif sur la question des déchets dans les collèges (une commission est consacrée à cette thématique et des actions sont engagées auprès des collégiens). Par ailleurs, une des missions du Syndicat mixte Haute-Garonne Environnement est l’éducation à l’environnement.

Concernant l’économie circulaire, ce n’est pas la compétence du Conseil départemental mais il est prévu de mettre en place un plan de Développement Durable en 2017 où cette thématique sera importante. Par ailleurs, le Conseil départemental soutient des initiatives comme par exemple le centre de recyclage innovant Cler Verts à Bélesta-en-Lauragais.

Déplacements

Un participant, élu communautaire du SICOVAL salue le soutien du Conseil départemental au prolongement de la ligne B du métro. En revanche, il regrette et ne comprend pas pourquoi la ligne Hop ! 3 ne s’arrête pas à Baziège (péage de Montgiscard). Il souhaite que le Conseil départemental aide à développer les transports dans ce secteur.
Réponse – Georges Méric : Le Conseil départemental consacre 201 millions d’euros au Plan de déplacements urbains Toulousain (PDU), ce qui est particulièrement important par rapport à d’autres métropoles et départements. La création de la 3ème ligne de métro ne règlera pas tous les problèmes de déplacement de l’agglomération et il est essentiel qu’elle aille de Colomiers à Labège. Concernant le prolongement de la ligne B, ce projet n’est pas encore « gagné », il faut continuer ensemble à le défendre.
Sur les bus, l’intérêt des Lignes Hop ! est leur rapidité et leur compétitivité, du fait d’un nombre d’arrêts très limité. Le Conseil départemental soutient déjà beaucoup les déplacements dans la métropole (lignes Linéo notamment) et ne peut pas combler et compenser toutes les carences de Tisséo.

Un habitant d’Escalquens et cycliste régulier, regrette le peu d’aménagements cyclables sur le département. Il lui paraît pourtant assez simple et peu onéreux d’aménager des « bandes cyclables » (80 cm de large matérialisés au sol) sur les bas-côtés des routes départementales (notamment sur la D 916).  Il alerte également sur la dangerosité des giratoires pour les cyclistes.
Réponse – Bertrand Looses : Aménager des parcours cyclables requiert des techniques particulières. Il faut distinguer les liaisons interurbaines des liaisons urbaines. Pour les liaisons interurbaines, il est préférable de séparer la piste cyclable de la route. Sinon, il est nécessaire de reprendre les accotements pour les sécuriser.

Un participant se demande si le service de transports scolaires est bien rationnalisé car il voit souvent de grands bus presque vides. Ne serait-il pas opportun de mettre en service des bus plus adaptés ?
Réponse – Bertrand Looses : Les transports scolaires représentent 49 millions d’euros par an et plus de 1000 circuits qui sont étudiés très précisément (parfois pour 2 ou 3 familles). Le Conseil départemental développe une politique très fine de mise en appel d’offres permettant aux petites entreprises locales de pouvoir y répondre.

Les solidarités

Une participante, maire adjointe à Escalquens,  demande ce que la Conseil départemental prévoit de mener en termes de prévention jeunesse.
Réponse – Bertrand Looses : Cette année, la politique du Département a été « perturbée » par la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite Loi Notre, qui transfère notamment les Clubs de prévention spécialisée à la Métropole. Les élus ont cependant décidé de lancer en 2017 un grand plan d’actions en direction de la jeunesse. Ce projet est en cours d’élaboration.

Suite aux remerciements du Maire d’Escalquens et à la conclusion de la soirée par Georges Méric, les discussions entre les élus départementaux et les habitants se sont poursuivies autour d’un rafraichissement.

 

Page publiée le 30 novembre 2016 - vérifiée le 01 décembre 2016

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne