Vous êtes ici

Plan pour améliorer la mixité sociale au collège - premier bilan

Ce qu'il faut retenir du dialogue citoyen mené depuis le mois de septembre

Le Conseil départemental a engagé la 3ème phase de dialogue citoyen relatif au plan d'amélioration de la mixité sociale dans les collèges. Un bilan d'étape a été présenté lors d'une réunion publique à Toulouse, le 22 novembre, dont voici les principaux éléments d'information.

Le 8 septembre dernier, le Conseil départemental de la Haute-Garonne, en partenariat avec l’Inspection de l’Académie de Toulouse, a lancé une concertation publique avec l’ensemble des  acteurs de l’éducation, les habitants, les élus locaux et ses partenaires, afin d’étudier la mise en œuvre à la rentrée 2017, de nouvelles mesures visant à améliorer la mixité sociale dans les collèges de Haute-Garonne.

Cette initiative s’inscrit pleinement dans les missions du Conseil départemental, qui est notamment en charge de la sectorisation des collèges, en prenant compte des critères d’équilibre démographique, économique et social ;  l’Éducation nationale étant pour sa part compétente sur l’affectation des élèves.

Elle répond également à la volonté de la majorité départementale de lutter contre les inégalités d’accès à l’éducation et contre le phénomène inquiétant de ghettoïsation de certains établissements scolaires, dont on connait les  nombreux effets dévastateurs : échec et décrochage scolaire, montée des violences scolaires, des préjugés et des dérives extrémistes, épuisement des enseignants.

L’étude réalisée sur le fondement des analyses du Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire (CNESCO) par les services du Conseil départemental sur l’ensemble du département, à partir des données transmises par l’Académie de Toulouse, a montré que ce phénomène de ghettoïsation concernait essentiellement les collèges publics situés à Toulouse dans les zones d’éducation prioritaire (REP+). Le manque de mixité dans les collèges toulousains est directement lié à une urbanisation ségrégative.

La sectorisation classique étant basée sur le territoire de proximité, la modification des secteurs actuels est jugée inopérante.

C’est pourquoi, le Conseil départemental a, dans un premier temps, étudié la création de regroupement de secteurs entre des collèges favorisés et des collèges défavorisés, afin d’offrir aux familles le libre choix de l’affectation de leur enfant dans un des établissements du regroupement.

La concertation menée avec l’ensemble des acteurs concernés depuis le 8 septembre, a montré un réel intérêt pour la démarche engagée et une volonté partagée d’améliorer la mixité sociale dans les collèges.

Des inquiétudes ont cependant été exprimées par les parents d’élèves et la communauté éducative, notamment sur les critères d’affectation et le risque de fragiliser et de déprécier les collèges REP +. Les enseignants ont également fait part du travail de fond engagé par leur soin dans ces collèges avec des résultats attendus à moyen terme. 

C’est pourquoi, le Conseil départemental a souhaité faire évoluer son dispositif vers des solutions adaptées à chaque établissement concerné par le manque de mixité sociale, répondant ainsi aux souhaits exprimés par les parties prenantes. 

5 Collèges toulousains, présentant entre 60 % et 80 % d’élèves défavorisés, dont deux collèges ghettos, ont été identifiés comme prioritaires :

Le collège Raymond Badiou :

Ce collège, qui compte 80 % d’élèves défavorisés, serait reconstruit à proximité dans un secteur de recrutement géographique plus mixte, à partir de septembre 2017, pour une ouverture souhaitée en 2021.

Les élèves arrivant en 6eme à la rentrée 2017 seraient affectés dans plusieurs collèges favorisés de la métropole toulousaine dans la limite des places disponibles, à raison de 4 à 5 élèves par classe maximum.

Un service de transports spécifique gratuit sera mis en place par le Département, ainsi qu’un accompagnement à la scolarité en périscolaire pour les élèves en difficulté.

Le collège Raymond Badiou resterait cependant opérationnel jusqu’à l’ouverture du nouveau collège pour permettre aux élèves actuels de terminer leur 1er cycle dans leur établissement.

Des discussions sont en cours entre le Département et la Ville de Toulouse pour identifier un terrain susceptible d’accueillir ce nouveau collège, qui représenterait un investissement de 15M€. 

Le collège de Bellefontaine :

Ce collège, qui compte également près de 80% d’élèves défavorisés, serait à son tour reconstruit à partir de la rentrée 2018, dans les mêmes conditions que le collège Raymond Badiou.

Les collèges de Rosa Parks, Stendhal et George Sand, qui sont situés dans des secteurs de recrutement relativement mixtes seraient pour leur part rénovés, afin de renforcer leur attractivité auprès de tous les habitants.

Ces propositions seront présentées lors de trois réunions publiques les 22, 24 et 29 novembre pour une présentation devant le CDEN en janvier 2017.

Au total, le Conseil départemental investira 46 M€ sur 5 ans pour favoriser la mixité sociale dans les collèges.

De son côté, l’Éducation nationale a engagé un travail portant sur la carte d’implantation des classes adaptées (SEGPAS, ULIS, UPE2A), afin d’éviter à terme de les installer dans des collèges REP+.

Une réflexion est également en cours avec les équipes éducatives sur la carte des formations (langues – sections sportives) des 3 collèges REP + (Rosa Parks, Stendhal, George Sand), ainsi que dans des collèges du centre-ville (section internationale espagnol au collège Michelet par exemple).

Enfin, l’Éducation nationale a entrepris depuis deux ans un contrôle strict des demandes de dérogation. 

Page publiée le 22 novembre 2016 - vérifiée le 30 novembre 2016

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne