Vous êtes ici

Portrait : Anne Le Gallic

L'écologie en bandoulière

Chaque mois nous vous proposons de partir à la rencontre d'un Haut-Garonnais ou d'une Haut-Garonnaise dont le profil nous a paru intéressant à partager. Une mosaïque de personnalités et de parcours qui constituent l'âme de la Haute-Garonne. En ce début d'année, nous irons à la rencontre de 5 agriculteurs du territoire, soutenus par le Conseil départemental dans le développement de leur activité.

 

Anne Le Gallic a une vie professionnelle plurielle. À tout juste 40 ans, elle s'installe avec son compagnon à la tête d'une exploitation maraîchère. Un parcours logique pour cette ingénieur agronome de formation ayant jusqu'à présent eu du mal à trouver une place dans sa voie de prédilection. « J'ai travaillé dans le secteur privé, notamment en tant que commerciale pour un traiteur puis, après l'arrivée de mon petit garçon j'ai passé le concours d'ingénieur territorial, malheureusement, je n'ai pas trouvé de poste. » Après un temps de réflexion, elle décide alors de tenter sa chance en tant qu'agricultrice. « J'ai toujours eu de l'intérêt pour ce secteur et les thèmes de la nature et de l'environnement. »

Une rencontre décisive

En février 2018, Anne rencontre lors du « Farm Dating » organisé par la Chambre d'agriculture de Haute-Garonne un couple d'exploitants maraîchers à Bretx. Eux souhaitent partir à la retraite et cherchent un repreneur, elle cherche une exploitation à acheter. Entre les deux parties, le courant passe. Après six mois de stage dans l'exploitation à apprendre à travailler la terre et à cultiver des légumes de saison, Anne en prend les rênes en cette fin janvier, épaulée par son compagnon.

Pour mener à bien son projet d'installation, la néo-agricultrice a pu compter sur l'accompagnement du Conseil départemental. Elle a ainsi bénéficié du soutien d'un conseiller agro-environnement qui l'a aidée à formaliser son étude technico-économique prévisionnelle sur 5 ans, et à préciser son étude de marché en la mettant en relation avec d’autres producteurs. Une demande de soutien financier à l'installation agricole a également été déposée et Anne, qui a pour projet de construire un hangar pour stocker son matériel et ses récoltes, pourra également demander une aide à la réalisation d'un bâtiment léger.

Permaculture et agroécologie

Sur l'exploitation de 1,5 hectares comprenant 1000 m2 de serres non-chauffées, choux, brocolis, blettes, fenouils, tomates, poivrons et autres courgettes sortiront de terre au rythme des saisons. Dans une démarche écologique, Anne veut à terme tendre vers des pratiques plus respectueuses de l'environnement. « J'ai pour but de produire selon les principes de la permaculture et de l’agroécologie et m’orienter vers du maraîchage sur sol vivant. Le but est de réduire les pesticides, préserver et restaurer la biodiversité, et abandonner le labour. Je souhaite notamment planter des haies, des arbres et installer des ruches ».

Sa production sera en vente sur les marchés de plein vent de Castelginest le samedi matin et de l'Union le dimanche matin, comme le faisaient ses prédécesseurs avant elle. Elle envisage également de commercialiser ses légumes sur la plateforme Agrilocal31, mettant en relation acheteur de la restauration collective et agriculteurs du département, lorsque sa production sera suffisante. « Grâce à l’accompagnement du Conseil Départemental, mon compagnon et moi abordons ce projet de vie avec sérénité. » Sa nouvelle vie professionnelle est désormais lancée.

Le Conseil départemental propose 16 aides différentes en soutien aux agriculteurs. Plus d'informations sur subventions.haute-garonne.fr.

Page publiée le 30 janvier 2019 - vérifiée le 28 janvier 2019