Vous êtes ici

Portrait : Djilali Bedrani

"J'ai grandi, aujourd'hui c'est à moi d'écrire l'histoire !"

Chaque mois nous vous proposons de partir à la rencontre d'un Haut-Garonnais ou d'une Haut-Garonnaise. Une mosaïque de personnalités et de parcours qui constituent l'âme de la Haute-Garonne.

Il y a quelques semaines il s'est imposé en 7'51''42 sur le 3000 m aux Championnats de France, à Miramas. Ce toulousain est désormais le nouveau champion de France du 3000m. Originaire de Saint-Simon, cet afficionados du 3000 m steeple (course de demi-fond avec obstacles) a aujourd'hui 25 ans et est licencié au Satuc.

"J'ai commencé l'athlétisme au collège un peu comme tout le monde", explique Djilali plutôt habitué à cette époque à taper dans le ballon. Sauf qu'à son premier cross des collèges, il arrive 8ème. Le jeune garçon de l'époque s'inscrit donc au club de Cugnaux sur les conseils de son professeur et enchaine très rapidement les performances. 

Dernières victoires au palmares du sportif, qui s'est illustré sur la piste d'Albi, l'année dernière en tant que vice-champion de France du 3000 m steeple puis comme finaliste aux championnats d'Europe de Berlin. Les premiers mois de 2019 ont ensuite concrétisé ce titre attendu de champion de France du 3000 m en salle mais aussi celui de vice-champion de France du 1500 m. On l'a bien compris Djilali avale les kilomètres et récolte les médailles!

"Au début je n'aimais pas trop le sport mais j'avais l'esprit de compétition et j'ai pris goût à la performance". Ce grand fan de Zizou ne cache pas ses ambitions et annonce : "J'ai longtemps admiré certains grands sportifs, aujourd'hui j'ai grandi et c'est à moi d'écrire l'histoire !"

Je suis déterminé, je veux réussir

Militaire au 3ème régiment du matériel à Muret, Djilali consacre la majorité de son agenda à l'entrainement. Il faut dire qu'il en a sous la semelle, et déroule la liste de ses objectifs avec un aplomb qui en dit long sur les résultats à venir : " cette année je veux participer aux Championnats du monde de Doha en 3000 mètres steeple. Bien sûr ensuite les Jeux Olympique de 2020 et le Championnat d'Europe à Paris la même année." L'objectif ultime? Les Jeux Olympiques de Paris en 2024, "pour gagner à la maison! "

"Je suis déterminée à faire les meilleures performances et je mets tout en œuvre pour réussir". Il s'estime heureux d'avoir toujours été soutenu par son entourage et sa famille, car "cela demande des concessions, par exemple je pars régulièrement m'entrainer au Kenya." Aujourd'hui il rêve clairement d'une médaille olympique. À voir l'énergie déployée par ce champion local, il y a fort à parier que le rêve devienne rapidement réalité.  

 

 

Page publiée le 15 avril 2019 - vérifiée le 15 avril 2019