Vous êtes ici

Portrait : Marcel Burkart

Les brebis pour changer de vie

Chaque mois nous vous proposons de partir à la rencontre d'un Haut-Garonnais ou d'une Haut-Garonnaise dont le profil nous a paru intéressant à partager. Une mosaïque de personnalités et de parcours qui constituent l'âme de la Haute-Garonne. En ce début d'année, nous irons à la rencontre de 5 agriculteurs du territoire, soutenus par le Conseil départemental dans le développement de leur activité.

De l'entretien des voitures à la traite des brebis, Marcel Burkart et sa femme Géraldine maîtrisent l'art du grand écart professionnel. Installés en Gaec (Groupement d'Exploitations en Commun) depuis 2014 sur la commune de Fronton, ils sont à la tête d'un troupeau de 300 brebis Lacaune grâce auxquelles ils produisent une large gamme de produits laitiers. Avant cela, tous les deux tenaient un garage Peugeot sur la même commune mais l'envie de changer de vie s'est imposée pour Marcel. « J'avais l'impression d'avoir fait le tour de mon métier dont l'ambiance générale me plaisait de moins en moins. J'ai aussi ressenti le besoin d'avoir une activité plus en phase avec l'écologie. » Les agriculteurs rencontrés dans le cadre de son travail le convainquent de sauter le pas.

Une démarche biologique

Une formation et le diplôme BPREA (Brevet Professionnel de Responsable d'Exploitation Agricole) permettent à Marcel et Géraldine de monter le GAEC Les Folies Bergères. L'aventure d'éleveurs ovin laitier peut alors débuter. « Nous avons acheté un terrain de 40 hectares que nous avons défriché puis sur lequel nous avons semé des graminées afin que les brebis puisse pâturer. Nous avons également monté un atelier ovins et un atelier de transformation. » Accompagné par le Conseil départemental durant tout ce processus, le couple a bénéficié de l'aide aux bâtiments légers visant à soutenir l'équipement des exploitations agricoles en subventionnant la construction de bâtiments destinés à l'élevage ou au stockage de matériel.

Marcel et Géraldine vendent une partie de leur production de lait à la marque Le Petit Basque qui produit grâce à cela des yaourts. L'autre partie est transformée sur place par les deux agriculteurs qui confectionnent à partir du lait cru des yaourts, du fromage blanc, de la brousse ou encore de la tomme. « Nous n'avons pas demandé la certification en agriculture biologique mais nous travaillons en respectant la nature. Nous n'utilisons ni engrais ni désherbant et même si cela demande plus de temps et une gestion conséquente, c'est en adéquation avec nos convictions », explique celui qui dit vouloir travailler en « bon père de famille ».

Vente au niveau local

Adepte du circuit court, Marcel est inscrit dans Agrilocal31, un service en ligne de mise en relation directe et instantanée entre producteurs locaux et acheteurs publics en restauration collective et les collégiens de Fenouillet se régalent ainsi avec ses fromages. Leurs produits sont également en vente directe à l'exploitation dans un petit espace aménagé, ainsi qu'à la Halle Gourmande de Fronton lors du marché producteur chaque dimanche matin.

Après cinq années d'expérience et en dépit d'un rythme de travail élevé, Marcel ne regrette pas du tout son changement de carrière. Il a même déjà quelques projets d'évolution : « Nous aimerions développer notre espace vente et pourquoi pas accueillir d'autres agriculteurs du secteur afin qu'ils puissent vendre leur production. »

Le Conseil départemental propose 16 aides différentes en soutien aux agriculteurs. Plus d'informations sur subventions.haute-garonne.fr.

 

 

Page publiée le 25 janvier 2019 - vérifiée le 25 janvier 2019