Schéma de lecture publique : premières orientations

Retour sur les deux réunions de restitution publique de Labège et Saint-Gaudens

Deux rencontres pour restituer les orientations du futur schéma ont eu lieu au sein des deux sites de la Médiathèque départementale les 22 et 29 mai derniers, animées par Anne Boyer, vice-Présidente de la Commission permanente en charge de la culture. Une participation assidue pour valider les premières pistes du futur schéma. 

Réunion du 22 mai, antenne départementale de Saint-Gaudens

Une quinzaine de Haut-Garonnais ont assisté à cette première séance de restitution lundi 22 mai à Saint-Gaudens, donnant lieu à de nombreux échanges, au cours d'une rencontre très riche qui a duré près de deux heures. L’ensemble des orientations du Schéma a globalement satisfait les participants, qui attendent désormais leur « mise en musique » sur le terrain.

L'inconnue majeure reste la question du périmètre d’éligibilité des opérations intercommunales, et notamment l’aide financière aux projets de cartes communes de lecteur : le redimensionnement des EPCI, nettement plus vastes en milieu rural (on compte ainsi trois EPCI commingeois) appelle à la formation de bassins de lecture « infra-EPCI ».

Il n’y a pas d’intérêt réel à mutualiser l’accès aux médiathèques de L'Isle-en-Dodon et Valentine, toutes deux sur la communauté de communes de Cœur et Coteaux de Comminges. Il convient aussi de ne pas disqualifier les projets menés par plusieurs communes voisines, sans entité d’échelon supracommunal pour les coordonner.

Public adolescent, publics empêchés, outil d'aide aux bibliothèques ...

Concernant le public adolescent, il a été rappelé qu'il ne fréquentera davantage les médiathèques que si celles-ci leur garantit un dispositif adapté : prix littéraire des ados, publication de leurs propres critiques sur le web, défis-lecture… Les horaires devront également s'adapter à ce public spécifique (samedi, "nocturnes" etc.).

De plus en plus des grosses structures du réseau départemental sont en demande auprès de la Médiathèque départementale d’une aide à la formalisation de véritables projets de service : Roques et Cazères l’ont notamment évoqué, Saint-Gaudens également. L’ouverture de l’offre départementale aux communes de 10 à 20 000 habitants va également renforcer ce besoin croissant; ce qui induit que la Médiathèque départementale travaille à l’élaboration d’un outil unique. Un relatif manque d’outils pour aider le réseau à travailler autour des publics empêchés a également été signalé.

Réunion du 29 mai, Médiathèque départementale à Labège

Une soixantaine de techniciens, d'élus locaux et de citoyens a composé la seconde séance publique du 29 mai, à Labège, qui a été précédée par la visite des locaux de la Médiathèque départementale. La présentation du futur schéma a été bonne et n'a pas rencontré d'opposition particulière. 

Un élu intercommunal a posé la question de la pertinence des périmétres des bassins de lecture, avec l'émergence de "cartes de lecteur communes", pour éviter un "morcellement" de ces territoires en plusieurs zones de mutualisation. En la matière et au vu de l'existant (une carte commune pour cinq structures dans la vallée de l'Hers, au sein du Sicoval), le Département adaptera son accompagnement aux réalités territoriales, en participant le plus en amont possible au processus d'élaboration de ce type de projets.

Elargissement des horaires, seconde vie du livre, les futurs bibliothécaires ...

L'objectif départemental d'élargissement des horaires concerne le "tout public", c'est-à-dire hors de l'accueil des publics spécifiques (notamment scolaires). La Médiathèque départementale travaillera, à l'issue de sa campagne de diagnostics horaires "au cas par cas" (à chaque territoire son usage propre : entreprises et créneaux méridiens…), avec le conseiller "livre et lecture" de la DRAC afin de prioriser ensemble l'accompagnement des structures les moins ouvertes.

La notion de "seconde vie du livre" a également été abordée à plusieurs reprises. L'objectif est de permettre à un livre sorti des collections d'être redirigé vers les lieux de vie sociale du territoire (mairies, agences postales, CCAS, crèches… mais aussi les salles d'attente médicales). L'idée-force étant que cette opération "des livres partout", soit coordonnée par les bibliothécaires de chaque territoire.

Quels bibliothécaires en 2021 ? : si l'ADN de la profession reste la médiation culturelle, en rapprochant les contenus et les publics, d'autres interventions ont vocation à diversifier les compétences du bibliothécaire de 2021 : des activités citoyennes, participatives et hybrides par le jeu en bibliothèque, mais aussi des pratiques de "production culturelle". La Médiathèque départementale sera vigilante dans la formation des bénévoles et des salariés à cette "autre professionnalisation".  

Enfin, un fort enjeu de sensibilisation des élus locaux aux dispositions et préconisations du futur Schéma a été relevé par les participants : c'est par la mise en place d'une véritable stratégie de communication politique que la vision départementale d'un réseau de bibliothèques citoyennes, hybrides et participatives, pourra véritablement voir le jour.

Page publiée le 15 juin 2017 - vérifiée le 15 juin 2017

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne