Vous êtes ici

Situation de la ressource en eau sur le département de la Haute-Garonne durant l’étiage 2018

Après une situation préoccupante de la ressource en eau au cours de deux dernières années 2016-2017 sur l’ensemble du département, l’hiver 2017-2018 s’est caractérisé par une pluviométrie excédentaire. L’enneigement moyen est resté dans la normale tout l’hiver et le processus de fonte a commencé au mois d’avril.

Le taux de remplissage des barrages, particulièrement bas en 2017, n'a pas eu d'incidence sur la campagne 2018 car la pluviométrie importante et l’enneigement de l’hiver et du printemps ont permis de remplir les retenues. Au 1er juin 2018, tous les barrages était pleins. La recharge des nappes phréatiques a été exceptionnelle.

Malgré les fortes chaleurs de l’été, les débits des cours d’eau sont restés au dessus de valeurs seuils très tard au cours de la saison estivale grâce aux précipitations et à la réalimentation des nappes. Seul le Tescou, sur la partie non réalimentée a fait l’objet d’un arrêté préfectoral le 1er août portant interdiction totale de prélèvements d’eau.

Le soutien d’étiage de la Garonne n'a débuté que le 20 septembre. Il a mobilisé 1,5 Mm3  sur les 51Mm3 disponibles à  partir des barrages hydroélectriques EDF localisés dans les Pyrénées et 5,8 Mm3 sur les 7 Mm3 mis à disposition par l’Institution du barrage Montbel. 0,6 Mm3 ont également été désotockés à partir du la retenue de Filheit.

Par ailleurs, le soutien d’étiage du Tarn a été enclenché tardivement le 17 septembre, pour l’Hers Mort, le 31 août, et le Girou depuis la mi-août.

Au 1er octobre, sous l’influence d’un début d’automne chaud et sec, le tarissement des cours d’eau s’est poursuivi. Plus de 50% des petits cours d’eau non réalimentés ont été observés en écoulement faible à nul, par l’Agence Française pour la Biodiversité. Cette situation a conduit la Préfecture à interdire les prélèvements sur tous les cours d’eau non réalimentés du département à partir du 1er octobre jusqu’à la fin de la période d’étiage, soit le 31 octobre.

L’été 2018 a été particulièrement humide. Cependant, comme cela a été évoqué lors des comités de concertation eau en préfecture, l’hydrologie de cette année a été exceptionnelle et n’est pas représentative de la tendance qui est le manque d’eau, dans un contexte de changement climatique. Les efforts durables sur la gestion de la ressource en eau doivent se poursuivre pour pallier au manque d’eau des prochaines années.

Page publiée le 31 juillet 2018 - vérifiée le 02 octobre 2018

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne