Vous êtes ici

Sondes automatiques : faciles d’utilisation, pertinentes, très appréciées.

Jean-Pierre Bernat est agriculteur à Carbonne. Il cultive 58 ha de maïs sur des sols d’alluvions graveleuses. Il a une longue expérience de l’irrigation. Interview suite à son utilisation de sondes tensiométriques automatiques.

Jean-Pierre Bernat est agriculteur à Carbonne. Il cultive 58 ha de maïs sur des sols d’alluvions graveleuses. Il a une longue expérience de l’irrigation. Pour gérer son irrigation il utilise depuis plus de 20 ans des sondes tensiométriques. Cette année, la conseillère agro-environnement de Carbonne lui a proposé d’utiliser des sondes automatiques à la place de sondes manuelles.


Petit retour d'expérience après cette saison.

 

Que vous ont apporté ces sondes automatiques ?

"Sur des sols graveleux, les sondes réagissent vite que ce soit à la baisse suite à une pluie ou une irrigation ou à la hausse par manque d’eau. Avec des sondes manuelles, les relevés se faisaient 2 fois par semaine alors qu’avec des sondes automatiques ils se font tous les jours.

Avec les sondes automatiques le graphique issu des relevés est « fin », on voit la tendance, ce qui se passe au champ, ce qui permet d’anticiper, d’amener ce qu’il faut, au bon moment.

Les relevés m’ont permis de bien gérer l’arrêt de mon irrigation : alors qu’en temps normal je me serais posé la question, cette année j’ai bien pu voir qu’en fin de campagne les sondes en profondeurs « partaient trop vite à la hausse » et que le maïs avait vraiment besoin d’un dernier apport en eau pour finir le remplissage du grain. Au final, ce pilotage m’a permis de réaliser des économies d’eau et d’énergie (électricité) et j’espère obtenir un meilleur rendement.

Je regarde le graphique tous les jours sur mon téléphone portable, la prise en main est très facile. Egalement on peut lire les commentaires et le suivi de Challenge agriculture qui met en ligne les données et c’est un vrai plus pour l’aide à la décision.

J’ai bien apprécié cet outil, l’essayer c’est l’adopter, à renouveler chaque année !

En résumé : facile d’utilisation, pertinent, très apprécié."

 

Quelques mots sur la tensiométrie :

  • La tensiométrie est la mesure de tension de l’eau du sol, autrement dit, la force de succion que la racine doit exercer pour extraire l’eau du sol. La tensiométrie mesure l’état de fonctionnement du sol et la disponibilité de l’eau pour les racines.
  • Grâce aux sondes automatiques, les données tensiométriques et la pluviométrie sont relevées automatiquement 4 fois par jour. Ces relevés sont mis en ligne via un site web et se présentent sous forme de graphiques. L’agriculteur crée son compte utilisateur et suit en continu l’évolution de la demande en eau de ses cultures.
  • Le Conseil départemental met à disposition des données brutes des mesures des sondes tensiométriques relevées sur 12 parcelles de référence du Conseil départemental de la Haute-Garonne et de Réseau31. Ces données constituent une base qui peut être un appui à la stratégie de pilotage et de maîtrise de l’irrigation. Elles sont mises à disposition sur le portail OpenData de la Haute-Garonne et permettent de rédiger le bulletin d'irrigation de juin à septembre.

Page publiée le 18 octobre 2018 - vérifiée le 18 octobre 2018