Vous êtes ici

Toulouse : à la rencontre des élus et des forces vives des territoires

11 décembre 2017 - Toulouse Métropole

Georges Méric et les élus recevaient lundi 11 décembre les forces vives du département à domicile, dans la salle de l’Assemblée du Conseil départemental. Plus de 140 personnes étaient présentes pour prendre la mesure de l’action du Conseil départemental sur la Métropole toulousaine et échanger avec les élus.

Le président du Conseil départemental, Georges Méric, était accompagné pour l’occasion de plusieurs élus qui ont été sollicités sur 5 dossiers spécifiques : Arnaud Simion pour la solidarité, Maryse Vézat-Baronia pour l’aménagement du territoire,   pour la culture et l’éducation, Line Malric et Bernard Bagnéris pour les transports et la mobilité, et Jean-Michel Fabre pour la transition écologique et le logement. Michel Aujoulat représentait Toulouse Métropole en sa qualité de vice-président, le président Jean-Luc Moudenc étant excusé.

« Aucun de nous ne sait ce que nous savons tous, ensemble ». C’est par ces mots, empruntés à Euripide, que Georges Méric a débuté cette « rencontre de dialogue, de concertation réciproque, de cohésion pour une meilleure efficience dans l’intérêt général ». Se joignant à ces propos, Michel Aujoulat a souligné la volonté de Toulouse Métropole d’être « ouverte et solidaire vers tous les territoires de notre département » et s’est félicité de l’accord signé en décembre 2015, ne doutant pas qu’il préfigure « d’autres accords, d’autres projets structurants à l’avenir ».

La solidarité « chevillée au corps » du Conseil départemental

Le Département est le chef de file de l’action sociale. « Les solidarités humaines sont le cœur battant de notre collectivité » a affirmé Arnaud Simion. « Notre objectif est double : consolider, faire évoluer nos services publics, incarnés sur le terrain par tous nos agents, et faire cela avec une démarche intelligente, de partenariat pour servir l’intérêt général ». Dans le champ social, plusieurs partenariats existent déjà entre le Conseil départemental et Toulouse Métropole, comme par exemple l’accord financier de juin 2017 entre le département et les Services Intégrés d’Accueil et d’Orientation (SIAO).

Mais la solidarité, c’est aussi la solidarité territoriale, « une volonté que nous avons chevillée au corps, pour avoir un territoire équitablement développé » selon Maryse Vézat-Baronia. Pour remédier aux fractures territoriales, le Conseil départemental a mis en place les contrats de territoire, afin de co-construire et financer les projets des communes. En 2017, ce sont 11 millions d'euros qui ont ainsi été investis dans les communes de la métropole, « notamment dans le scolaire et les équipements sportifs, culturels et de loisirs ».

L’émancipation par l’éducation et la culture

« Nous avons mis au cœur de notre politique l’émancipation de chacun à travers la République, a expliqué Vincent Gibert. L’éducation, c’est aussi la transmission des valeurs. Depuis 2015, le parcours laïque et citoyen permet à 60 000 élèves de s’approprier les valeurs de la République ». Un dispositif unique en France, récompensé par l’Observatoire de la laïcité, sensé permettre aux jeunes de s’émanciper. Et cette émancipation passe également par l’aide du département pour l’accompagnement à la scolarité, une mesure saluée dans la salle par Hélène Desmettre, première adjointe à Tournefeuille : « C’est très important pour bien intégrer nos jeunes ». Sans oublier un accès à une culture riche, diverse, pour laquelle le Conseil départemental investit sans faillir et prévoie même d’augmenter son budget.

Des transports plus respectueux de l’environnement

Les transports sont un enjeu majeur pour le territoire, et le Département est impliqué aux côtés des autres collectivités pour les développer au mieux. « À partir d’avril, l’État va pouvoir vendre ses 10,1 % d’actions de l’aéroport, a détaillé Line Malric. On ne peut l’accepter, l’intérêt du territoire est menacé. Progressivement, on passerait à une situation où l’intérêt mercantile prédominerait, avec plusieurs risques pour les territoires et les habitants : la pollution, la place de l’aéronautique sur le site et la situation des employés sur place. Nous avons décidé d’interpeller le Premier ministre pour garder un aéroport géré en majorité par le public et le local. On avance ensemble pour essayer de faire le maximum ». De plus, le Conseil départemental essaie de proposer une offre de transports publics cohérente et en intermodalité, à travers le covoiturage et le vélo. Il apporte notamment son soutien pour les aménagements cyclables, dont 80 000 euros pour la Métropole. Et avec le développement des voies vertes, et notamment le projet phare Trans-Garona, il compte bien donner de plus en plus de visibilité à ce mode de transport doux.

« Les coopérations et les partenariats sont des chances de réussite, nous le savons tous ici, a conclu Georges Méric. Notre avenir commun doit se traduire par un département fort qui œuvre en bonne intelligence avec une métropole forte. Nos accords sont là pour illustrer notre saine et profitable collaboration. Je vous invite donc tous encore, à l’avenir, à l’audace de la coopération et du partenariat ».


Chiffres clés

474 M€ du Département investis en 2016 pour soutenir Toulouse Métropole

  • 318 012 027 € pour la solidarité départementale
  • 53 352 269 € pour l’enfance et la jeunesse
  • 26 952 197 € pour l’éducation
  • 10 582 527 € pour le logement
  • 26 564 810 € pour le développement des territoires
  • 7 740 690 € pour le tourisme, le sport et la culture
  • 2 979 299 € pour la protection de l’environnement
  • 27 834 210 € pour la sécurité

Page publiée le 12 décembre 2017 - vérifiée le 12 décembre 2017

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne