DOSSIER
Hommage Retirada
Arrivée des nationalistes à la frontière du Perthus. À partir du 11 février 1939, le camp franquiste contrôle la plupart des points de passage. (Crédits : Archives départementales/José Martinez)

Retirada : une soirée d'hommage aux couleurs de l'Espagne Publié le
Date de publication
11 février 2019

Chapeau

Il y a 80 ans, un demi million de républicains espagnols fuyaient leur pays et la repression franquiste. Près de 500 000 personnes traversaient les Pyrénées pour trouver refuge en France. Vendredi 8 février 2019, le Conseil départemental organisait une grande soirée en hommage à l'exode des républicains espagnols, pour ne pas oublier.

Corps
Text

" Il est urgent de se souvenir de ce tragique et douloureux moment d'histoire car nous vivons dans un monde qui à bien des égards offre des similitudes avec la fin des années 30. Il n'appartient qu'à nous, par notre engagement et notre détermination de rester maitre de notre avenir, un avenir bâti sur les valeurs de paix, de tolérance, de fraternité et de partage. "

Georges Méric, président du Conseil départemental de la Haute-Garonne

Text

1939. Le général Franco, soutenu par Hitler et Mussolini, impose une dictature en Espagne après trois années d’une guerre sanglante entre Républicains et fascistes. La chute du bastion républicain en Catalogne le 26 janvier 1939 précipite un exil massif des Républicains espagnols vers la France, par les Pyrénées.

On estime qu’un demi-million de réfugiés espagnols ont ainsi franchi la frontière : c’est ce qu’on appelle la « Retirada » pour « retraite » des troupes. « Près d’un quart d’entre eux sont venus s’installer dans la Ville rose, précise Juan Pedro de Basterrechea, directeur de l’Institut Cervantès à Toulouse. Ils sont arrivés avec presque rien, mais leur engagement pour la liberté et leur conscience politique très développée leur ont permis de s’intégrer. Beaucoup n’ont d’ailleurs gardé que la nationalité française. »

De nombreux intellectuels et artistes espagnols ont ainsi contribués à la construction de l’histoire de notre département. « L’impact dans la vie culturelle est très fort, notamment en raison de la création de la librairie des éditions espagnols à Toulouse dont le fond documentaire est immense », ajoute Juan Pedro de Basterrechea.

Text

À 18h30, Georges Méric, président du Conseil départemental, a ouvert une grande soirée commémorative au Pavillon république, dans la cour de l’Hôtel du Département, en présence d’Anne Boyer, vice-présidente en charge de la Culture.

Video URL

1000 personnes étaient présentes, pour assister à une table ronde, animée par le journaliste toulousain Santiago Mendieta sur le thème "Regards croisés sur l’Histoire des républicains espagnols
 en Haute-Garonne et de son héritage aujourd’hui". Ce débat a réuni les historiens Geneviève Dreyfus-Armand et Bruno Vargas, l’écrivain espagnol José Martinez Cobo(ancien dirigeant du PSOE) ainsi que la journaliste toulousaine Marie-Louise Roubaud.

Video URL

La soirée s'est poursuivie de deux concerts gratuits et inédits, celui du chanteur espagnol engagé Paco Ibanez ainsi que Vicente Pradal trio, le chanteur et guitariste toulousain, accompagné dans ce trio par ses enfants Paloma et Rafael.

Text

Conférences, concerts, projections, expositions photographiques : l'histoire de l'exil républicain espagnol sera à l'honneur tout au long de l'année en Haute-Garonne. 

  • Le 20 février : en partenariat avec l'institut Cervantes, lecture de poèmes de Serge Pey et Chiara Mulas et projection du documentaire "Serge Pey et la boite aux lettres du cimetière", en présence du poète à l'Hôtel du département.
  • Jusqu'à juin : les archives départementales font un appel aux dons de documents témoignant de l'exil républicain
  • Mars/avril : Soirée en hommage aux internés du camp de Noé.
  • Été 2019 : une exposition photo issue de fonds des archives départementales sera installée aux Olivétains, à Saint-Bertrand de Comminges
  • 5 juillet  : ouverture du festival 31 notes d'été dédiée à la culture espagnole
  • 8 octobre : Soutien du Conseil départemental au colloque de l'université "De l'exil républicain à la transition démocratique : bilan historiographique"
Text

Jusqu'en juin, les Archives départementales se proposent de recueillir tout document écrit (tracts, journaux, documents personnels, etc.), inconographique (photos, affiches, etc.) ou audiovisuel (films amateurs, enregistrements sonores, etc.) témoignant de l'exil des républicains espagnols. Les documents seront numérisés, puis restitués à leurs propriétaires.

Text

" Nous partageons le combat et les valeurs de ces milliers de réfugiés qui ont dû fuir la guerre civile. Nous réaffirmons nos valeurs républicaines communes et célébrons la culture espagnole, qui imprègne l'histoire haut-garonnaise. "

Anne Boyer, vice-présidente du Conseil départemental en charge de la culture

Type d'entité
Direction

Archives départementales

Résumé court
Horaires de la salle de lecture :
Lundi : 13:00 - 18:30
Mardi au vendredi : 8:30 - 17:00

Fermeture annuelle : 1ère quinzaine de juillet
Ouverture élargie le lundi de mi-juillet à fin aout :
8:30 - 17:00

11, boulevard Griffoul-Dorval 31400 Toulouse

05 34 32 50 00

archives@cd31.fr