Le Département renforce son plan de transition écologique Publié le
Date de publication
26 mai 2020

Le Département lance la deuxième phase de son plan pour l’environnement.
Le Département lance la deuxième phase de son plan pour l’environnement. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Engagé depuis 2017 dans une démarche ambitieuse de transition écologique, le Conseil départemental a su mettre en place des actions concrètes pour lutter, à l’échelle haut-garonnaise, contre le réchauffement climatique. La totalité des 41 engagements pris il y a trois ans ont été réalisés ou sont bien engagés. Aujourd’hui, le Département lance la deuxième phase de son plan environnement, pour la période 2020-2024. La protection de la ressource en eau, de la biodiversité, les mobilités douces ou encore l’agriculture durable sont au cœur de cet ambitieux dispositif. 

Corps

Préserver la ressource en eau

Les actions de cet « Acte II » seront articulées autour de huit thématiques : l’eau, la biodiversité, l’énergie, les mobilités du quotidien, les voies vertes et sentiers pour un tourisme vert, l’agriculture durable, les collèges ainsi que le cadre de vie et la santé. « Certaines se sont imposées d’elles-mêmes, au cours de la première phase, indique Jean-Michel Fabre, vice-président en charge du développement durable. Par exemple, en travaillant sur la ressource en eau, avec le panel citoyen du projet de territoire Garon’Amont, est née l’idée de créer un conservatoire des zones humides pour sanctuariser ces milieux fragiles qui, par leur rôle régulateur, rendent d’importants services à l’humanité. » Le projet Garon’Amont entre dans sa phase opérationnelle : le plan d’actions définitif sera finalisé dans les semaines à venir, à partir des 130 mesures proposées par le panel citoyen, avec deux priorités face au changement climatique : sécuriser l’approvisionnement en eau et sécuriser sa qualité.

Renforcer la protection des Espaces naturels sensibles

Le déploiement des Espaces Naturels Sensibles - 1000 hectares déjà protégés en quatre ans - a quant à lui fait émerger la nécessité de préserver les forêts anciennes. Ce sera donc l’une des mesures phares du nouveau plan arbres et forêts, qui se traduira notamment par le classement de la forêt de Bouconne en ENS et par un ambitieux programme de plantation d’arbres et de haies.

Agir pour la solidarité et pour la qualité de vie

La crise sanitaire actuelle aussi a été riche d’enseignements. « L’agriculture de proximité, le développement du télétravail ou encore les problématiques de mal-logement ont été mis en exergue ces derniers mois, nous forçant à accélérer notre réflexion sur ces sujets », explique Jean-Michel Fabre. Cela se traduit désormais par une volonté affichée de renforcer le plan de soutien au logement, de soutenir les circuits courts, de réfléchir à la réduction des déplacements de tous ou de favoriser le tourisme de proximité. Autre grand objectif : faire des collégiens de véritables ambassadeurs de l’environnement. Comment ? « En poursuivant nos actions pour accélérer la transition alimentaire dans les 96 collèges du département (plus de bio, plus de local, moins de gaspillage, etc.) mais aussi en les rendant acteurs de ce qui se passe dans leur collège », explique Jean-Michel Fabre. D’où la mise en place, entre autres, d’un « parcours collégien éco-responsable » qui inclut entre autres la participation au défi « bâtiment à énergie positive » ou au plan « arbres et forêts » (plantation d’arbres)

« Engagé depuis 2017 dans un plan ambitieux pour la transition écologique, le Conseil départemental était en train d’en élaborer la deuxième phase lorsqu’a démarré la crise sanitaire. Nous aurions alors pu nous dire que la transition écologique n’était plus à l’ordre du jour, qu’il y avait désormais d’autres priorités. À l’inverse, nous avons considéré que nous devions tirer les leçons de la crise sanitaire et sociale pour construire ce nouveau plan. Au-delà des dizaines d’actions concrètes qui vont démarrer dès 2020, les orientations fixées nous aideront, dans les mois à venir, à prendre les bonnes décisions, que ce soit dans le domaine du logement, du numérique, de l’agriculture, de la santé ou encore de la mobilité. La reconstruction qui s’annonce devra en effet plus que jamais être éco-responsable et s’inscrire dans une véritable volonté de développement durable alliant environnement, social et économie. Elle devra aussi s’appuyer sur une véritable démocratie-coopérative. »

Jean-Michel Fabre
Jean-Michel Fabre (Crédits : Aurélien Ferreira)