Le réseau routier

Moderniser et sécuriser

Avec 6 138 km de routes départementales, dont 500 km en montagne, la Haute-Garonne se situe au 4e rang national en termes de réseau routier. Le Conseil départemental entretient et modernise le réseau. Il finance également de nouvelles voies de communication. Ses objectifs : la sécurité, l’anticipation des flux et la préservation de l’environnement.

 

680 agents du service de la voirie départementale assurent les missions de conception, de développement, de modernisation et de sécurisation du réseau routier de Haute-Garonne. Les 6 138 km de routes départementales et les 1840 ponts sont l’objet de travaux quotidiens de suivi et d’entretien (renforcement des chaussées, renouvellement des revêtements, sécurisation des ouvrages d’art, fauchage et débroussaillage des bords de routes...). Cette politique d’entretien systématique vise à renforcer la sécurité des voyageurs et à éviter des réparations plus coûteuses à terme.

Les ponts de la Haute-Garonne font peau neuve

Les ponts permettent d’assurer des continuités d’itinéraires, de maintenir et améliorer la fluidité du trafic.

Dans le cadre de son programme des ouvrages d’art, le Conseil départemental a entrepris des travaux de rénovation et de reconstruction de deux ponts, l’un situé au Nord et l’autre situé au Sud.

  • Le pont franchissant la Garonne sur les communes de Pinsaguel et Portet-sur-Garonne 

Le Conseil départemental a réalisé d'importants travaux de rénovation du pont situé  sur la RD 820 X reliant sur la Garonne les communes de Pinsaguel et Portet-sur-Garonne. Ce chantier a permis son élargissement et l'aménagement de deux voies latérales réservées aux piétons et cycles. La voie centrale à double sens réservée aux automobiles, a été également rénovée. Le pont a rouvert le 31 mars 2016.
Ce chantier de 2,6 millions d'euros, particulièrement délicat en raison de la double structure maçonnée et métallique, a duré 11 mois.

  • Le pont de Lapadé sur la commune de Bagnères-de-Luchon 

Ce pont est situé à 825 m d’altitude, sur la section de la RD 125 en amont de Bagnères-de-Luchon. Le pont de Lapadé permet l’accès aux sites remarquables de l’Hospice de France et de la Vallée. du Lys ainsi qu’à la station de ski de Superbagnères. Deux ans de travaux sont nécessaires pour démolir le pont existant limité en tonnage (19 tonnes), construit entre 1930 et 1931, qui présente des détériorations importantes dues à l'éclatement du béton et à la corrosion des armatures. L’objectif est de le remplacer par un nouvel ouvrage sans limitation de tonnage, plus confortable pour les usagers et plus fonctionnel pour l’exploitation forestière. Les travaux ont débuté au mois d’août 2015, la fin du chantier est programmée pour fin 2017.
Le montant de cette opération est de 4,4 millions d’euros, entièrement financé par le Conseil départemental.

Anticiper et sécuriser

Les équipes du service de la voirie sont opérationnelles sur l’ensemble du réseau routier. Elles en assurent la surveillance et l’entretien et réalisent les réparations urgentes. 24H sur 24 et 7 jours sur 7, elles sont là pour faire face aux évènements soudains et imprévisibles comme les aléas climatiques ou les accidents de la circulation.
En hiver, l’objectif est de réduire la gêne occasionnée par le verglas et la neige, et de rendre praticable le réseau routier, prioritairement les axes principaux.
Tout au long de l’année, des actions et travaux de sécurisation sont réalisés pour limiter les risques encourus par les automobilistes et réduire le nombre d’accidents : suppression de carrefours et croisements à risque, signalisation renforcée, implantation de glissières de sécurité, neutralisation d’obstacles potentiels.

Un environnement préservé

Pour la rénovation des voies, des techniques moins consommatrices d’énergie et de matière première sont privilégiées : techniques à froid ou enrobés tièdes, matériaux recyclés. Afin de limiter l’impact du transport, la priorité est donnée aux approvisionnement depuis les gisements locaux de matériaux.
L’entretien des bords de route est réalisé selon plusieurs principes : sauvegarde de la faune, de la flore et des espèces protégées grâce à la pratique du fauchage raisonné, la réduction des produits phytosanitaires, la préservation et la replantation des arbres d’alignement.

Enfin, chaque nouveau projet routier intègre en priorité la préservation de l’environnement, du patrimoine et du cadre de vie.

Page publiée le 25 juillet 2016 - vérifiée le 25 juillet 2016

J’ai mon mot à dire !

Réagissez aux informations de cette page.
Nous vous répondrons.

Je me connecte

Mon Espace citoyen

Renforcez le dialogue avec le Conseil
départemental en créant votre espace personnel.

Je m’inscris

Restez informé

Recevez régulièrement nos informations et actualités par courriel. Abonnement et désabonnement en un clic.

Je m’abonne