Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page

Café and Co, handicap et perco

Date de publication
Publié le 6 décembre 2022
Temps de lecture : 3 min
Miniature
Café and co, un tiers-lieu inclusif
© Frédéric Sheiber
Légende

Café and co, un tiers-lieu inclusif

Chapeau

À l’occasion des Deuxièmes rencontres départementales de l’ESS qui ont eu lieu le 3 décembre, zoom sur l’un des intervenants, Café and Co, un tiers-lieu expérimental unique en France qui a bénéficié, à sa création, du Fonds de rebond de l'innovation sociale en Haute-Garonne. Mi-café associatif, mi-centre de formation, il accueille tous les publics mais œuvre particulièrement à l’insertion des jeunes adultes en situation de handicap.

Corps v2

C’est une après-midi tranquille au Café and Co, 41 rue de Soupetard à Toulouse. Moon et Simon aux manettes, le percolateur ronronne et couvre de temps à autre les accords de Bob Dylan. Le lieu est accueillant, un babyfoot, des plantes, une déco d’inspiration scandinave, mêlant le bois et les couleurs vives, deux canapés, des petites tables rondes et un long comptoir de bar pour favoriser les échanges. Dans la salle du fond, Raymonde termine son 3e atelier d’informatique, satisfaite d’avoir fait quelques pas de plus dans les méandres du numérique, grâce à Romain, le formateur.

Un café associatif comme un autre et pourtant précurseur dans son genre : car Moon, Simon et Romain sont des bénévoles en situation de handicap. Romain Tesson est co-fondateur du projet, avec Sébastien Calvo, chargé d’insertion professionnelle à l’ASEI (Association pour la sauvegarde des enfants invalides). Comme l’explique Romain « c’est toujours difficile pour de jeunes adultes, malgré leurs diplômes et formations, de s’insérer dans le milieu professionnel, mais ça l’est deux fois plus pour un jeune en situation de handicap ». D’où l’idée d’un tiers-lieu inclusif, mi-café mi-centre de formation, où les jeunes pourraient se retrouver et s’entraider. « Café and Co fonctionne sur le principe de la pair-aidance, du soutien entre pairs, précise Sébastien Calvo. Chacun vient partager ce qu’il vit et s’enrichir de l’expérience des autres ». L’idée étant, au final, d’aider « chacun à trouver sa place ».

Les formations de Café and Co

Le tiers-lieu est tout jeune puisqu’il a été inauguré fin octobre, mais l’idée est, moyennant 30 euros par an, d’offrir aux adhérents 10 séances de découverte par activité. Numérique, code de la route, techniques d’emploi, sport, arts plastiques, atelier d’écriture, l’offre s’élargira en fonction des bénévoles qui pousseront la porte. Un mini-coin « friperie » et du matériel radio pour des projets de podcasts attestent que les idées ne manquent pas. Ni les bonnes volontés. Alors qu’Ambrine, 22 ans, finalise son inscription, Anaïs, sa future prof de sport, passe la tête : « Demain, y a des personnes en fauteuil ? Non, parce que sinon, pas de souci, je m’adapte ! ».

Un projet qui s’insère dans un collectif

Porté par l'ASEI et le Conseil départemental, le projet inclusif de Café and Co s’insère très naturellement dans l’immeuble collectif « La bouillonnante ». Ex locaux d’Orange, ces 8000 m2 ont été repris en main par l’agence Intercalaire, expert en revitalisation de bâtiments à l’abandon. Depuis, une cinquantaine d’acteurs de l’ESS (Économie sociale et solidaire) s’y sont installés, pour le plus grand bonheur de Café and Co. « Les autres associations du bâtiment sont les premiers clients du café, confirme Moon, et c’est enrichissant, car nos valeurs se rejoignent ».

 

Café and Co est ouvert à tous de 9h à 17 h 30, du lundi au vendredi. Il peut aussi être privatisé et accueillir différentes formations, des sensibilisations au handicap par exemple.