Concertation avec les Haut-Garonnais·es sur la société d’après

Protéger notre environnement

Dépôt des propositions terminé
du 13/05/2020 au 14/07/2020

Pesticides à 150 mètres des habitations

Par alaurence
Le 22/05/2020

Proposition initiale 22 mai 2020

Et remettre des haies très utiles pour éviter des inondations et que la biodiversité se remette en place.
Diminuer l'usage des pesticides petit à petit.
Aider les agriculteurs dans cette transition.

4 Commentaires

Par gamlie
Le 28/05/2020
Reformer le bocage est en effet une mesure relativement rapide et simple à mettre en place en laissant tout simplement la nature faire le job.
Il y a une réflexion à mener pour accompagner réellement les agriculteurs dans une transition globale vers un mode de production plus respectueux de la terre mais aussi d'eux-même. Peut-être revoir les programmes des formations formations agricoles, valoriser des exemples d'agriculteurs ayant réussi cette transition, les consulter pour connaitre les éventuelles réticences et freins, avoir des interlocuteurs pour les accompagner de la démarche, leur proposer des débouchés locaux pour leurs productions... Ce ne sont pas seulement des changements techniques, mais un autre paradigme, donc ça demande formations, discussions...
Par ramen
Le 12/07/2020
La nature qui fait le job, pouvez vous m'expliquer le concept, parce que la nature n'a pas de dessein intelligent, dans la nature les plantes les plus vivaces son souvent non comestibles. Et je suis d'accord avec vous pour faire un audit réaliste des exploitations agricoles, pour avoir des données solides à apporter aux citoyens afin qu'il puissent juger des bénéfices/risques de tel ou tel technique, au lieu de laisser cela aux lobby de l'agro-bio (bjorg, biocoop, léa, nature et progrès, ou autres labels ésotériques comme demeter ou la biodynamie), et ce pour que nos agriculteurs puissent vivre décemment. Les formations agricoles sont dispensé avec des données sourcés et qui ont fait la preuve de leur efficacité, si de nouvelles techniques font de même, elles seront enseignés dans les lycée agricoles.
Par MarieV
Le 30/05/2020
Il faut repenser totalement notre relation au vivant !
Par golivier
Le 21/06/2020
et peut être interdire ou cesser de subventionner les cultures les plus consommatrices en eau et pesticides, et surtout les cultures qui ne profitent pas à l'alimentation locale (mais par exemple)