Vous êtes ici

Bien vieillir en Haute-Garonne

Un département innovant

Jeudi 21 mars avaient lieu le Forum MidiSilverEco et le Salon Seniors Occitanie pour la troisième année consécutive au Centre des Congrès Pierre Baudis de Toulouse. Un événement soutenu par le Conseil départemental de la Haute-Garonne qui a par ailleurs adopté en octobre dernier un schéma départemental en faveur des personnes âgées. 24 actions concrètes et ambitieuses pour mieux répondre aux besoins actuels et futurs des séniors.

En Haute-Garonne, une personne sur cinq est âgée de 60 ans et plus, et les projections annoncent 50 000 séniors supplémentaires d’ici 2030. Cette évolution démographique fait naître de nouvelles attentes et de nouveaux besoins. Un défi que le Département entend bien relever.

Pour preuve : un nouveau schéma a été défini pour cinq ans (2019-2023) afin de prolonger, préciser et amplifier l’action menée en direction des séniors. « Plus de 1 100 acteurs associatifs et institutionnels ont contribué à son élaboration, depuis le diagnostic jusqu’aux fiches-actions, souligne Véronique Volto, vice-présidente en charge de l’action sociale seniors. Le tout à la faveur de plusieurs « journées partenariales » pour débattre et proposer des idées, et de deux journées de « design de service » avec les usagers d’une Maison des solidarités, pour concevoir des solutions à partir de l’expérience des usagers. Mais aussi grâce à une nouvelle instance consultative – le CDCA (Conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie) – constituée dès 2017 et associée à chaque étape. »  

                                                                                                   

Adapter la société au vieillissement

Le plan d’actions contient plusieurs « idées-maîtresses », parmi lesquelles celle d’adapter la société (logements, transports, etc.) au vieillissement. Objectifs ? Rompre l’isolement, favoriser l’accès à la culture et les échanges intergénérationnels, mais aussi permettre aux personnes de vivre chez elles le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions. Exemple avec la téléassistance 31, ce médaillon (ou bracelet) capable de donner l’alerte en cas de problème, pour vivre chez soi en toute sécurité. « Dès la fin 2019, nous proposerons une offre complémentaire à l’offre de base qui restera gratuite, comme par exemple un détecteur de chute ou un chemin lumineux », indique Pierre Suc-Mella, directeur général adjoint aux personnes âgées du Conseil départemental.

Diversifier les solutions entre domicile et établissement

Autre idée-clé : faciliter l’accès aux dispositifs existants pour les séniors, mais aussi pour leurs aidants, et déployer des solutions alternatives au « tout » domicile et au « tout établissement ». « De nouvelles haltes-répit – dispositif qui permet aux aidants de marquer une pause dans l’accompagnement à domicile – s’ajouteront aux dix existantes, note Pierre Suc-Mella. Par ailleurs, 300 places en résidences-autonomie – ces maisons de retraite non médicalisées à vocation sociale – seront créées. » Dernier axe fort : une meilleure coordination des acteurs de l’offre sociale, médico-sociale et sanitaire afin d’offrir une couverture territoriale et une qualité de service optimales. Au total, en 2019, ce sont 171 millions d’euros qui seront consacrés à l’action gérontologique.

 

 

 

En tant que chef de file de l’action sociale, le Département souhaite impulser une dynamique forte et collective en faveur du bien vieillir. C’est pourquoi, avec ce schéma, nous faisons le choix d’aller au-delà des obligations légales pour proposer une politique volontariste en direction des séniors. L’objectif : apporter aux personnes âgées des réponses concrètes, innovantes, qui prennent en compte leurs attentes, quel que soit leur niveau d’autonomie et l’endroit où elles vivent. C’est-à-dire accompagner les changements nécessaires pour placer l’humain au centre des pratiques.

Véronique Volto, Vice-présidente en charge de l’action sociale seniors

 

Page publiée le 15 mars 2019 - vérifiée le 15 mars 2019