Partage facebook Partage whatsapp
Paramètrer les cookies Picto cookies
Partager sur les réseaux sociaux Picto réseaux sociaux
Remonter en haut de la page
À LA UNE

Les graffeurs The Blind et Mondé relookent l’espace Roguet

Date de publication
Publié le 29 août 2022
Temps de lecture : 3 min
Miniature
The Blind et Mondé graffent à l'Espace Roguet
© Alis Mirebeau
Légende

The Blind et Mondé graffent à l'Espace Roguet

Chapeau

L’espace Roguet, qui fête ses 10 ans bientôt, s’est déjà offert un cadeau de taille : une grande fresque graphique issue d’une collaboration entre l’artiste toulousain Mondé et le nantais The Blind. Rencontre avec deux artistes passionnés… et passionnants.

Corps v2

Des lettres calligraphiées en orange sur fond noir, des points blancs intrigants, cette nouvelle fresque, il faudrait être aveugle pour ne pas la voir ! C’est justement suite à une réflexion de ce genre que The Blind a trouvé sa voie : « Je me suis demandé comme aider les déficients visuels à avoir accès au graff. J’ai appris le braille, et je le reproduis en collant des demi-sphères de plâtre sur les murs ». Il écrit ainsi des messages décalés et drôles, « pas vu, pas pris » en clin d’œil aux démêlés des graffeurs avec la loi, par exemple, ou « Braillons ». Une façon de dédramatiser le handicap et d’amorcer le dialogue : « Les voyants voient ces explosions de couleur et à côté de ça, ils ont besoin d’aide pour comprendre ce qui est écrit en braille. Ça crée du lien et c’est ce que j’aime, créer du lien, entre les gens et avec d’autres artistes ».

C’est sans doute cette recherche autour de l’écriture et du partage qui a donné l’idée à Mondé de faire appel à lui pour répondre à l’appel à projet lancé en mai dernier par le Département lors de la Semaine des Cultures urbaines. Mondé, artiste local mais lui aussi mondialement reconnu, a déjà mis sa patte sur plusieurs murs de Toulouse, près de la gare Sainte-Anne ou dans le quartier Empalot par exemple. Son travail joue avec le mat et la brillance, la lumière et la matière, des éclaboussures et des jetés de couleurs. Un savant mélange de précision et de lâcher prise. Sa recherche calligraphique interroge et crée des ponts entre les cultures : « Certains y voient une influence arabe, d’autres du sanscrit, on y voit ce qu’on veut en fait, moi j’aime développer mes lettres dans une sorte d’écriture automatique, elles évoluent au fil du temps ».

Plus tard dans l’année, Mondé et The Blind assureront des ateliers de médiation auprès des jeunes de l’espace Roguet. Nul doute qu’ils évoqueront les nombreux voyages qui leur permettent de s’inspirer et de conserver leur spontanéité, et le plaisir qu'ils ressentent à peindre sur les murs, les trains, les friches industrielles. De constater aussi les différences d’un pays à l’autre, que le graffiti soit encensé ou considéré comme du vandalisme et puni par la loi. Ce qui n’est pas non plus pour leur déplaire : « La base même du tag et du graffiti, c'est le contre-pied, rappelle Mondé. S'amuser à peindre sur des murs, c'est un jeu de gamin ! ».


L’inauguration de la fresque en présence des artistes se fera le 22 septembre, à l’Espace Roguet.