PRÈS DE CHEZ VOUS

La Cafetière, un tiers-lieu « comme à la maison » Publié le
Date de publication
30 avril 2021

La Cafetière Aurignac
A La Cafetière, sont proposés des concerts, conférences, ateliers yoga ou tricot, et d'autres projets sont en cours de réflexion. (Crédits : Aurélien Ferreira)
Chapeau

Situé à l’entrée du village d’Aurignac, dans le Comminges, La Cafetière est un café associatif à la fois chaleureux et atypique. Un tiers-lieu culturel qui bénéficie du soutien du Conseil départemental notamment à travers le label Comme à la maison.

Corps

Prenez quatre copains d’enfance aux idées bouillonnantes, un village où le tissu associatif est hyper actif et rentrez à La Cafetière, un lieu chaleureux et atypique qui a ouvert l’été dernier à l’entrée du village d’Aurignac. « Quand on a découvert le concept de tiers-lieu culturel, on s’est dit que c’était pour nous », témoigne Émilie Flambeaux, une des créatrices de ce café associatif qui bénéficie du soutien du Conseil départemental dans le cadre de sa politique de développement des tiers-lieux. Après quelques mois de travaux « faits maison », La Cafetière se présente comme un lieu qui fédère, où la déco vintage, les grandes baies vitrées donnant sur une placette tout juste rénovée et la bière artisanale forment un cocktail accueillant. 

Une programmation variée

« Dès qu’on a ouvert, en juin dernier, on a senti que ça prenait. Après le premier confinement, les gens avaient besoin de se retrouver, de sortir et d’échanger. On a commencé à proposer des concerts, conférences, ateliers yoga ou tricot, et très vite, de nouvelles idées sont arrivées », raconte Émilie. Une émulation qui a permis à La Cafetière de rassembler une cinquantaine d’adhérents bénévoles, dont neuf sont particulièrement impliqués pour faire tourner l’association. Jean-Marie Nicol est l’un d’entre eux. « Je suis à la retraite, et très content de m’impliquer dans ce projet qui me permet de m’intégrer dans le village où je suis arrivé il y a seulement deux ans ».

Souhaitant favoriser l’émergence de ce type de lieu atypique, à la fois culturel et intergénérationnel, le Département a remis à La Cafetière le label Comme à la maison. « C’est génial, car cela prouve que notre projet a du sens », ajoute Émilie. Et si la fermeture du lieu, depuis l’automne dernier en raison de la crise sanitaire, est un coup dur pour les finances, l’enthousiasme de l’équipe n’a pas bougé. De nouveaux projets sont dans les cartons pour agrandir le lieu afin de créer un espace de coworking, et un autre dédié à la réparation de vélo.